Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

L’oléoduc Keystone de TransCanada Corp. et l’oléoduc Platte d’Enbridge Inc. ont été fermés mercredi le temps d’une enquête sur un possible déversement de pétrole au Missouri. Les deux conduites transportent du brut canadien aux États-Unis. Les arrêts ont eu lieu alors que la demande de brut lourd canadien est plus forte parmi les raffineurs américains, après des réductions de l’offre de l’OPEP et les sanctions des États-Unis contre la société pétrolière d’État vénézuélienne Petroleos de Venezuela SA. Si les arrêts devaient se prolonger, ils pourraient exacerber l’engorgement du réseau de pipelines en Alberta qui a déjà fait chuter les prix du brut à des creux records en octobre. TransCanada a fermé sa conduite Keystone de 590 000 barils par jour pour des recherches sur une fuite potentielle près de St. Louis, d’après un courriel de son porte-parole Terry Cunha. Enbridge a aussi fermé la conduite Platte située à proximité, d’après le porte-parole Davin Hotzel. L’oléoduc transporte jusqu’à 164 000 barils par jour de brut de Casper à Guernsey, Wyoming et 145 000 barils par jour de Guernsey à Wood River, Ill. Le déversement possible a été signalé dans une région où plusieurs oléoducs sont exploités par différentes sociétés, a dit M. Hotzel.

Lightspeed POS Inc., qui a annoncé un premier appel public à l’épargne mercredi, cherche à mobiliser environ 200 millions $, selon des personnes bien informées du dossier. Le producteur de logiciels de paiement de Montréal a déposé un prospectus provisoire auprès des autorités de réglementation et prévoit d’inscrire ses actions à la cote de la Bourse de Toronto sous le symbole LSPD, d’après ces documents. La Banque de Montréal, la Financière Banque Nationale et JPMorgan Chase & Co. sont chargées du placement des titres. Ce PAPE aura lieu après la mobilisation par Lightspeed de 166 millions $ en 2017 auprès d’un groupe d’investisseurs dirigé par la Caisse de dépôt et placement du Québec. La société compte en utiliser le produit pour renforcer son bilan et poursuivre l’expansion de l’entreprise, y compris par d’éventuelles acquisitions, d’après ces documents. Il s’agirait de la plus importante société canadienne de technologie cotée depuis Ceridian HCM Holdings Inc. qui a mobilisé 531 millions $ en avril pour une double introduction en bourse, au Canada et aux États-Unis, selon les données compilées par Bloomberg. Lightspeed fabrique des logiciels de point de vente utilisés par plus de 50 000 détaillants et restaurants, selon son site Web.

États-Unis

BB&T Corp. s’est engagée à acheter SunTrust Banks Inc. dans ce qui constituera la plus grande fusion de banques en plus d’une décennie, faisant le pari que la fusion leur permettra de résister à leurs rivaux plus grands dans la course à l’acquisition de nouvelles technologies. L’opération fera disparaître les noms des deux sociétés et leurs sièges sociaux, créant une banque totalement nouvelle dont le siège sera à Charlotte, Caroline du Nord, avec des succursales dans le Sud-est des États-Unis. La banque sera la sixième banque commerciale aux États-Unis par son actif, dépassant PNC Financial Services Group Inc. Les actionnaires de BB&T dont le siège est à Winston-Salem, Caroline du Nord, posséderont 57 pour cent de la société fusionnée. Les investisseurs de SunTrust recevront 1,295 action de BB&T pour chaque action de SunTrust détenue, selon un communiqué des deux sociétés. Cela équivaut à un paiement de 28,1 milliards $US de BB&T pour le capital-actions de SunTrust au cours de clôture de mercredi, selon les données compilées par Bloomberg.

Huawei Technologies Co., dont les équipements de télécommunications sont de plus en plus boudés dans le monde, renforce sa présence à la plus grande conférence de l’industrie dans l’espoir de décrocher des contrats. Ses plans risquent d’être gâchés par un ennemi puissant : l’État américain. Celui-ci augmente aussi la taille de sa délégation au Mobile World Congress à Barcelone ce mois-ci, disant qu’il veut aider les autres pays à se concentrer sur la sécurité des équipements mobiles pour les réseaux 5G. Il ne dit pas que le congrès sera le théâtre d’une confrontation avec Huawei, mais son programme est – selon trois représentants qui ont revendiqué l’anonymat – une référence à peine voilée à des craintes suscitées par le géant technologique chinois et concernant des allégations d’espionnage et de contournement de sanctions. L’équipe américaine compte plaider en faveur d’autres fournisseurs d’équipements 5G comme Cisco Systems Inc., Ericsson AB et Nokia Oyj, selon un de ces interlocuteurs. Ces efforts se situent dans le cadre d’une campagne de l’administration Trump qui s’intensifie en Europe, le plus grand marché hors de Chine de Huawei, de Shenzhen. Plusieurs gouvernements européens, dont ceux du Royaume-Uni, de l’Allemagne et de la France, envisagent d’interdire l’utilisation d’équipements de Huawei dans leurs réseaux 5G.

Europe

L’incertitude au sujet du Brexit se répercute sur l’ensemble de l’économie britannique, retardant des décisions d’affaires et nuisant aux consommateurs, selon le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney. M. Carney s’exprimait après une réduction par la banque centrale de ses prévisions de croissance et un tassement spectaculaire des prévisions d’investissement. Le « brouillard du Brexit » crée des tensions, a dit M. Carney, l’incertitude affectant le marché immobilier résidentiel et minant la confiance. Le Royaume-Uni est maintenant à 50 jours de la date butoir du 29 mars où il quittera l’Union européenne et aucun accord définissant la nouvelle relation n’a encore été adopté. L’économie n’est pas prête pour une sortie sans accord ni phase de transition du Brexit, a dit M. Carney, ajoutant qu’une telle tournure des événements augmenterait les risques d’une contraction trimestrielle de la production économique.

La Société Générale SA réduit ses activités sur les marchés financiers et comprime ses coûts de 500 millions € de plus (567 millions $US) pour contrer un revers de conjoncture qui a fait plonger son chiffre d’affaires. La banque de Paris remplace son chef des marchés mondiaux, Frank Drouet, et élimine pour 8 milliards € (9,1 milliards $US) d’actifs à risque. La Société Générale examinera ses activités moins rentables du secteur des titres à revenu fixe et des devises après une chute de 29 pour cent de ses revenus du quatrième trimestre, tout en cherchant à maintenir sa position sur les dérivés d’actions. Le PDG de la Société Générale, Frédéric Oudéa, discute de projets de réduction des activités de la banque sur les marchés financiers après l’effondrement des revenus de négociation de 29 %.

Asie

Les actions japonaises ont chuté avec le dérapage des sociétés chimiques et des constructeurs automobiles, plombés par des bénéfices décevants. Les sociétés chinoises ont contribué le plus au repli de l’indice Topix de référence. Asahi Kasei Corp. a été le plus important boulet du secteur après la réduction de ses prévisions de bénéfice pour l’ensemble de l’exercice, qu’elle impute à des chutes de prix des produits pétrochimiques et à l’impact du ralentissement économique de la Chine. Les constructeurs automobiles ont poursuivi leur déclin du début de la semaine, Toyota Motor Corp. perdant près de 2 pour cent après une réduction des prévisions de bénéfice net mercredi.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.