Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

La croissance des prêts hypothécaires est au plus bas depuis 17 ans au Canada, ce qui accroît la pression sur les grandes banques pour trouver d'autres courants d'affaires. Les prêts hypothécaires ont augmenté de 3,1 pour cent à 1 550 milliards $ en décembre par rapport à l'année précédente, soit le rythme de croissance le plus lent depuis mai 2001, et moitié moins que l'an dernier, selon les données de la Banque du Canada. Les efforts du gouvernement pour contrôler l'endettement des ménages, y compris des règles d'attribution de crédits hypothécaires plus stricts, ont nettement refroidi le marché immobilier résidentiel au cours de la dernière année. Toronto et Vancouver ont enregistré leurs plus faibles années en termes de ventes depuis au moins dix ans, l'année dernière. Le marché de Vancouver a encore baissé en janvier où ses prix avaient chuté de 9,1 pour cent sur les 12 derniers mois.

Le froid polaire dope les prix du gaz naturel de l'Ouest canadien, réduisant son différentiel avec le prix de référence américain au plus bas niveau depuis près d'une année. Les températures devaient plonger à -37 degrés Celsius à Edmonton, la capitale de l'Alberta, au cours de la nuit et presqu'autant à Calgary, sa plus grande ville. Le froid a contribué à faire monter le prix au comptant du gaz à la plaque tournante AECO en Alberta, où les prix ont augmenté à US$1,96 le million de BTU jeudi. Le différentiel du gaz naturel entre AECO et Henry Hub aux États-Unis a baissé à 89 cents par million de BTU, le plus bas niveau depuis le 21 février. L'écart a aussi été réduit par la chute de 26 pour cent des contrats à terme sur le gaz naturel américain au cours des trois dernières semaines, causée par des prévisions de redoux dans la partie est des États-Unis et une diminution moins forte que prévu des stocks. Les contrats à terme ont reculé de 2,7 pour cent pour s'établir à 2,66  $US par million de BTU à New York, lundi.

États-Unis

Les sociétés d'infonuagique ont un message pour les investisseurs nerveux : la demande continue d'exploser. Les rapports sur les résultats des plus grands fournisseurs de services informatiques basés sur Internet – Amazon.com Inc., Microsoft Corp. et Google d'Alphabet Inc. – ont révélé que ces sociétés s'accaparent une plus grande part des dépenses en technologie des entreprises, défiant les avertissements de certains de leurs fournisseurs pour qui le secteur chaud de l'industrie pourrait ralentir. Mais les investisseurs ont quelques motifs de soulagement. Lundi, Google a déclaré des ventes dans son segment « autres revenus », qui inclut Google Cloud Platform, de 6,49 milliards $US au quatrième trimestre, en hausse de 31 pour cent depuis un an. Les investissements en immobilisations de Google ont bondi de 80 pour cent, à 6,8 milliards $US. L'action a chuté pendant la séance de prolongation de la bourse par crainte que ces investissements n'entament la rentabilité de l'entreprise, mais l'essentiel de l'augmentation des dépenses est lié à de nouveaux centres de données et du matériel connexe – signe que la demande de services infonuagique ne se dément pas. La semaine dernière, Amazon avait déclaré que sa division des services Web, le chef de file de l'offre d'infrastructures informatiques louées de son centre de données, avait enregistré une croissance des revenus de 45 pour cent au quatrième trimestre, maintenant le même rythme qu'au cours de la période précédente. Les gains du groupe d'infonuagique Azure de Microsoft, dont les ventes ont augmenté de 76 pour cent, ont évolué de la même manière. La directrice financière Amy Hood a dit que le producteur de logiciels ne voyait aucun indice de ralentissement de la demande de services et de programmes basés sur Internet. Alibaba Group Holding Ltd. a affiché une croissance 84 pour cent de sa propre division d'infonuagique.

Le deuxième discours de Donald Trump sur l'état de l'Union promet d'être un des grands moments de mémoire récente parmi les allocutions annuelles devant le Congrès. Le président s'adressera mardi soir à une Chambre des représentants remplie de démocrates qui se bousculent pour combattre sa réélection, beaucoup d'élues prévoyant de se vêtir de blanc aux couleurs des suffragettes alors que sa plus grande opposante, Nancy Pelosi, sera assise à la tribune derrière lui. L'ombre d'une nouvelle paralysie de l'administration fédérale planera ce soir. M. Trump a clamé qu'il fera les manchettes – déclaration de l'état d'urgence nationale à la frontière sud des États-Unis, proposition sur les prix des médicaments ou sur le SIDA, ou dates et lieux de sommets avec les dirigeants de la Chine et de la Corée du Nord.

Europe

GlaxoSmithKline Plc fait équipe avec Merck KGaA d'Allemagne pour développer un médicament d'immuno-oncologie qui cible des formes de cancer difficiles à traiter dans le cadre d'un contrat de 3,7 milliards € (4,2 milliards $US). Merck recevra un paiement initial de 300 millions € et pourrait obtenir d'autres versements par étapes allant jusqu'à 500 millions €. Le fabricant de médicaments allemands sera aussi admissible à d'autres versements pouvant aller jusqu'à 2,9 milliards € pour atteindre les objectifs réglementaires et commerciaux.

Le ralentissement de la fabrication et des exportations de l'économie italienne s'est propagé au secteur des services au début de cette année, aggravant une conjoncture économique déjà fragile dans la zone euro. L'activité des prestataires de services italiens s'est contractée en janvier et a forcé les entreprises à comprimer leurs effectifs pour la première fois depuis plus de deux ans, selon l'indice des directeurs des achats paru mardi. Les entreprises ont expliqué les suppressions d'emplois par l'affaiblissement de la demande intérieure et la diminution des commandes destinées à l'exportation.

Asie

L'indice Topix du Japon a affiché un gain mardi alors que les investisseurs pondéraient une série variée de résultats et de prévisions de sociétés nipponnes. Les sociétés chimiques ont le plus contribué à la progression de l'indice, alors que les sociétés pharmaceutiques et les géants du commerce de détail l'ont pénalisé. Kao Corp. a grimpé après avoir prédit une croissance plus rapide des ventes et des profits en 2019. Panasonic Corp. a chuté parce qu'elle a manqué ses prévisions de bénéfice et a été rétrogradée par Nomura. La moyenne Nikkei 225 a clôturé à la baisse, car Fast Retailing Co. a chuté au plus bas depuis cinq mois après l'annonce d'une chute de 1 pour cent des ventes d'une année à l'autre des magasins Uniqlo au Japan.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.