Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Telus a obtenu l'autorisation de la TSX pour un nouveau programme de rachat d'actions à concurrence de 250 millions $ sur 12 mois, à partir du 2 janvier 2019. Le programme de rachat de 2018 s'est terminé le 12 novembre, Telus ayant racheté environ 0,35 % de ses actions. Le titre a baissé de 4,1 pour cent au cours des 52 dernières semaines.

La consommation de bois d'œuvre de résineux aux États-Unis devrait augmenter au cours de la prochaine décennie et atteindre un record absolu d'ici 2030. Le Canada devrait continuer d'être un fournisseur dominant de bois d'œuvre aux États-Unis, mais la disponibilité de bois changera. Les quantités récoltées sur des terres publiques en Colombie-Britannique diminueront au cours de la prochaine décennie et l'incertitude plane sur la disponibilité de bois dans les provinces de l'Est.

États-Unis

Le dollar américain devrait connaître sa plus mauvaise semaine en neuf mois puisque son ascension de cette année donne des signes d'interruption nette. L'indice Bloomberg Dollar Spot, qui suit le taux de change de l'USD avec 10 autres grandes devises, a baissé de près de 1 pour cent cette semaine, quand le cycle de hausses des taux d'intérêt de la Réserve fédérale a soulevé des craintes de ralentissement économique. Le billet vert a regagné un peu de terrain perdu vendredi après une dépréciation de l'euro, avec des volumes inférieurs à la moyenne avant les fêtes de fin d'année.

Il ne reste au gouvernement américain que quelques heures avant une paralysie partielle en raison de l'impasse au Congrès sur le financement du mur frontalier voulu par le président Donald Trump. Les républicains de la Chambre des représentants ont cherché à satisfaire les demandes de M. Trump jeudi soir, ajoutant 5 milliards $US pour la construction du mur à la version du Sénat d'une mesure de dépense provisoire. Mais les sénateurs des deux partis ont indiqué que la législation modifiée ne sera pas adoptée lors d'un nouveau vote vendredi, si bien que les législateurs des deux côtés du Capitole se retrouvent à la case départ.

Europe

Le Brexit qui a jeté la Grande-Bretagne dans les limbes aide à donner un coup de pouce au secteur des fonds d'investissement du Luxembourg au détriment des emplois dans la City de Londres. Les fonds du Royaume-Uni s'empressent en effet de mettre sur pied des divisions de gestion dans l'UE pour éviter d'être exclus du bloc qui ne comprendra plus que 27 pays à partir du 29 mars. Et beaucoup choisissent le minuscule Luxembourg, qui s'est déjà taillé un créneau comme le deuxième plus important marché pour les fonds en dehors de l'Amérique.

Asie

Les principales autorités politiques chinoises ont confirmé que de nouvelles mesures de soutien monétaire et budgétaire seront adoptées en 2019, car la deuxième économie du monde doit composer avec un ralentissement qui n'a toujours pas donné des signes de fin. Des réductions « importantes » d'impôt, de taxes et de frais seront décrétées en 2019 et, alors que la politique monétaire demeurera « prudente », les dirigeants chercheront à trouver l'équilibre « approprié » entre un resserrement et une détente selon un communiqué publié à l'issue de la Conférence centrale sur le travail économique annuelle conclue à Pékin vendredi.

Husky Energy Inc. (HSE, Conserver, Risque moyen, cours cible de 22,00 $CAN)

Ce matin, Husky a publié son budget 2019 et ses prévisions de production pour l'année. Pour 2019, les dépenses en immobilisations s'élèveront à 3,3 à 3,5 milliards $CAN alors que la production devrait s'établir à environ 300 Mbep/j, compte tenu de la réduction de production imposée par l'Alberta. Ces prévisions internes ne comprennent pas la production ou les dépenses pour MEG; HSE a indiqué qu'elle publiera une mise à jour pour inclure les prévisions de production et d'investissement en immobilisations pour MEG après la conclusion de l'acquisition en 2019.

Pétrole et gaz

L'EIA a annoncé un retrait de 141 Gpi3, supérieur aux prévisions de 134 Gpi3, mais légèrement inférieur à la moyenne quinquennale de 144 Gpi3. Cela dit, nous nous attendons à des ponctions relativement faibles des stocks pendant la saison des fêtes, les températures clémentes entraînant une diminution de la demande pour du chauffage cette semaine et les prévisions météorologiques laissant entrevoir peu de grands froids d'ici la fin de 2018. Nos prévisions sur trois semaines impliquent une forte contraction du déficit de stockage sur cinq ans à environ 575 Gpi3 (contre 720 Gpi3) d'ici le rapport sur les stocks du 4 janvier.

Revenu fixe – stratégie macroéconomique

À notre avis, 2019 devrait connaître une croissance modérée mais pas un effondrement. Les États-Unis restent en tête de la croissance mondiale en se dirigeant vers une troisième année de croissance du PIB supérieure au potentiel. Le Canada sera partagé entre l'effet d'entraînement de l'élan des États-Unis et l'absorption des chocs du secteur de l'énergie et de la hausse des coûts d'emprunt – ce qui laisse entrevoir une économie en croissance, mais pas au-delà du potentiel. Les tensions commerciales devraient maintenir la Chine sur une trajectoire descendante, avec certaines répercussions sur la zone euro.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.