Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

L’expansion de la Banque de Nouvelle-Écosse en Amérique latine a stimulé le plus ouvert sur l’international des prêteurs du Canada, une acquisition chilienne aidant à alimenter un bénéfice record provenant des services bancaires internationaux. En même temps, la banque se retire de certaines parties des Antilles où elle était présente depuis plus d’un siècle.

Le gouvernement fédéral a adopté une législation pour mettre fin à plus d’un mois de grèves postales tournantes pour protéger les ventes des détaillants en ligne pendant la haute saison des fêtes.

Les données les plus récentes sur la qualité des prêts hypothécaires résidentiels des banques canadiennes révèlent une poursuite de la résilience des emprunteurs et des baisses régionales dans le secteur du logement. Les portefeuilles d’obligations sécurisées laissent entrevoir une certaine détérioration en octobre. Les prêts en souffrance de 90 jours ou plus ont augmenté de 1 pb par rapport au mois précédent, mais sont restés à 1 pb en dessous de celles d’octobre 2017.

États-Unis

Le président Donald Trump a dit qu’il aimerait mettre à exécution son plan d’imposition de tarifs douaniers sur 200 milliards $US de marchandises chinoises, indiquant qu’il imposera aussi des droits sur toutes les autres importations du pays asiatique si les négociations avec le président chinois Xi Jinping ne débouchent pas sur un accord commercial.

Les sociétés sont aux prises avec l’incertitude reliée à la question des tarifs douaniers, le ralentissement de la demande mondiale et l’augmentation des coûts d’emprunt, alors que la chute des prix du pétrole menace le secteur de l’énergie. Pendant ce temps, les États-Unis et la Chine s’apprêtent à une guerre commerciale prolongée, l’effet porteur de la diminution des impôts devrait se dissiper l’an prochain et le Congrès divisé politiquement évitera probablement toute nouvelle mesure de stimulation. Ces défis mettront à l’épreuve l’intérêt des entreprises américaines pour de nouveaux investissements pour matérialiser la croissance renforcée et la productivité accrue promises par l’administration Trump. Alors que ces investissements ont repris au début de 2018 après avoir traîné pendant des années, une série de statistiques faibles soulève des questions au sujet de l’avenir. Comme les entreprises utilisent leurs économies d’impôts pour racheter des actions et verser des dividendes plutôt que pour investir, les meilleurs gains appartiennent peut-être déjà au passé.

Europe

Le gouvernement populiste d’Italie envisage de ramener le déficit budgétaire contesté à 2,2 à 2,3 pour cent du PIB en ce qui représente une concession à l’Union européenne, mais a bien l’intention de procéder à des réformes coûteuses de l’aide sociale et des retraites d’ici Noël, selon un des premiers conseillers économiques du premier ministre adjoint Matteo Salvini.

Alors que Theresa May s’envole pour l’Irlande du Nord pour vendre son accord sur le Brexit, le Democratic Unionist Party fait bloc derrière Arlene Foster qui s’oppose au projet. Theresa May est à Belfast aujourd’hui pour solliciter des appuis à son accord, dont le DUP dit qu’il met en péril la place de l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni en soumettant potentiellement indéfiniment la région aux règles de l’Union européenne.

Asie

Le gouvernement indien poussera sa banque centrale à assouplir les conditions de prêt de certaines banques faibles et à réexaminer les règles régissant son fonctionnement à une réunion du conseil le mois prochain, selon des personnes bien informées de la question.

Le ministre des Affaires étrangères de la Chine a appelé les États-Unis à travailler en vue d’une issue positive d’une rencontre planifiée entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping au sommet du G20 cette semaine.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.