Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Justin Trudeau offre des allégements fiscaux aux entreprises plutôt que de réduire le déficit du Canada, le gouvernement libéral profitant de la bonne tenue de recettes pour faire face au rythme de la réforme fiscale américaine. Le ministre des Finances, Bill Morneau, a dévoilé une série de mesures favorables aux entreprises chiffrées à 14 milliards $ sur six ans à l'occasion d'une mise à jour économique et financière à Ottawa mercredi qui représente le plus important coup de pouce aux entreprises de ce gouvernement depuis son accession au pouvoir.

La société canadienne Financière Sun Life Inc. fait partie des repreneurs potentiels de FTLife Insurance Co., dans une transaction qui pourrait valoriser l'assureur de Hong Kong à plus de 3 milliards $US, selon des personnes bien informées du dossier. Elle est en concurrence avec d'autres acquéreurs possibles dont Chow Tai Fook (Holding) Ltd. de la famille du milliardaire Cheng, selon ces informateurs. Le gestionnaire asiatique d'actifs non traditionnels PAG aurait eu des entretiens avec des fonds d'investissement dont le fonds souverain de Singapour GIC à propos d'une possible offre conjointe, selon ces personnes qui ont revendiqué l'anonymat, parce que l'affaire est confidentielle.

États-Unis

Tesla réduit les prix de ses voitures Model X et Model S en Chine, a dit la société américaine jeudi, dans le cadre d'une stratégie pour soulager les effets de la hausse des tarifs douaniers liée à la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis. Le constructeur de voitures électriques, dirigé par le milliardaire Elon Musk, a dit qu'il abaissera le prix des deux modèles de 12 à 26 pour cent pour rendre ces voitures plus « abordables » sur le plus grand marché automobile du monde, ou les ventes de voitures dites à énergie nouvelle augmentent vite.

Apple décline. L'action, qui était jadis une valeur sûre face à la tourmente des marchés, a chuté à plus de 20 pour cent sous son record absolu et s'accroche à un gain modeste depuis le début de l'année. La société a perdu plus de 100 milliards $US de sa capitalisation boursière historique de 1 000 milliards $US. Elle est en passe d'enregistrer sa huitième semaine de suite de baisses et son plus mauvais mois en bourse depuis la crise financière de 2008. Et tout a commencé avec l'iPhone. Le 1er novembre, en marge des résultats du quatrième trimestre d'Apple, la société faisait état d'une quatrième livraison trimestrielle de suite d'iPhone inférieure aux prévisions et prévenait que les ventes dans la période des fêtes seraient inférieures aux prévisions des analystes. La société a aussi annoncé qu'elle arrêtera de rendre compte des ventes unitaires et du chiffre d'affaires individuel sur l'iPhone. Les actions ont plongé de 6,6 pour cent pendant la séance de bourse qui a suivi. Puis ont commencé à circuler des rumeurs au sujet de la chaîne d'approvisionnement et des spéculations selon lesquelles Apple réduisait les commandes de composantes pour les plus récents modèles de l'iPhone. Le titre a encore cédé 5 pour cent la semaine dernière après qu'au moins quatre fournisseurs pour l'iPhone ont sabré leurs prévisions de chiffre d'affaires.

Europe

La Grande-Bretagne et l'Union européenne se sont entendues en principe sur un texte qui définit leur relation future que les chefs d'État et de gouvernement de l'UE pourront avaliser à un sommet, selon le président du Conseil européen Donald Tusk qui s'exprimait jeudi. La Grande-Bretagne doit quitter l'UE le 29 mars 2019 et les diplomates essaient de mettre la dernière main au contrat de divorce et au schéma qui l'accompagne définissant les relations futures pour que les dirigeants de l'UE l'approuvent dimanche. La livre sterling a regagné près d'un pour cent pour atteindre un sommet en cours de journée de 1,2894 $US.

Asie

Coup de froid pour les très nombreux consommateurs chinois qui pourrait avoir des effets sur une économie déjà sous pression. Alors que les analystes estiment que les particuliers sont généralement en bonne santé financière, beaucoup se gardent de dépenser face à l'incertitude de l'avenir. Le commerce de détail a d'ores et déjà diminué au rythme décevant de 8,6 pour cent en octobre. Cela contraste avec les années précédentes généralement marquées par une augmentation de près de 10 pour cent ou plus. L'économie chinoise a ralenti cette année avec les efforts du gouvernement pour limiter la dépendance de la croissance par endettement, si bien que les entreprises ont eu plus de mal à obtenir du financement. La montée des tensions avec les États-Unis, le plus grand partenaire commercial de la Chine, a ajouté de l'incertitude. L'affaiblissement de la monnaie et la baisse des actions – les bourses de Shanghai et Shenzhen figurent parmi les moins performantes au monde cette année – n'ont pas aidé à redonner confiance.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.