Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

L'augmentation des taux d'intérêt et le resserrement des règles d'admissibilité à des prêts hypothécaires ont nettement amélioré la qualité des nouveaux prêts au Canada, selon un rapport de la Banque du Canada publié hier, ce qui constitue une preuve de plus de la diminution des risques pour le système financier que soulève l'endettement élevé des consommateurs. La proportion de nouveaux prêts hypothécaires accordés à des emprunteurs lourdement endettés – ceux dont le ratio des prêts au revenu dépasse 450 pour cent – est descendue à 13 pour cent au deuxième trimestre de cette année, comparativement à plus de 18 pour cent l'an dernier, selon une analyse par la banque centrale de l'évolution récente du marché du financement de l'immobilier résidentiel.

Le secteur pétrolier canadien est divisé sur la question d'une réduction temporaire forcée de la production, idée controversée que défendent certains grands producteurs dans l'espoir de réduire l'excédent d'offre et de mettre fin à la forte baisse des prix, selon sept personnes bien informées du sujet. Les dirigeants de Canadian Natural Resources Ltd. et de Nexen Energy ULC font partie de ceux qui ont fait la proposition à la première ministre de l'Alberta le mois dernier, on dit ces interlocuteurs qui ont revendiqué l'anonymat, parce que l'affaire est confidentielle. Cenovus Energy Inc. plaide aussi publiquement pour une réduction forcée.

États-Unis

Apple Inc. engage des ingénieurs à tour de bras dans le fief de Qualcomm Inc. à San Diego, recherchant des concepteurs pour mettre au point des composantes et des processeurs de télécommunications sans fil, ce qui réduirait encore les chances du fabricant de puces informatiques de fournir à nouveau des puces pour les appareils futurs du fabricant de l'iPhone. Ce mois-ci, Apple a publié 10 offres d'emplois sur son site web pour des postes reliés à la conception de microplaquettes dans cette ville. C'est la première fois que le géant technologique de Cupertino, en Californie, recrute publiquement des collaborateurs pour ces rôles dans la pépinière de conception de puces du sud de la Californie. Apple recherche des ingénieurs pour travailler sur de multiples types de composantes, et notamment sur le processeur d'intelligence artificielle Neural Engine de la société et les puces pour les télécommunications sans fil.

Walmart a publié jeudi un bénéfice trimestriel qui a dépassé les attentes des analystes, mais le chiffre d'affaires leur était inférieur en raison des effets de change. Le détaillant a aussi augmenté ses prévisions de bénéfice et de ventes à magasins identiques aux États-Unis pour l'ensemble de l'exercice, puisqu'il s'attend à une saison des fêtes active.

Warren Buffett était réputé pour éviter les titres technologiques. Aujourd'hui, il en raffole. Berkshire Hathaway détenait une participation de 41,4 millions d'actions dans le géant informatique Oracle à la fin de septembre, selon les déclarations officielles déposées mercredi. Le conglomérat de M. Buffett accumule aussi une participation importante dans Apple depuis deux ans. À la fin du troisième trimestre, il en détenait environ 252 millions d'actions, soit quelque 500 000 de plus qu'à la fin de juin.

Europe

La livre sterling a piqué du nez, les actions européennes ont chuté et les contrats à terme sur actions américaines fluctuaient après la démission en cascade de ministres britanniques pour protester contre le projet d'accord de Theresa May sur le Brexit, précipitant le gouvernement du Royaume-Uni dans une crise. Les investisseurs se sont tournés vers les valeurs refuges comme les obligations du Trésor américaines, allemandes et britanniques. La livre s'est dépréciée après l'annonce de la démission du secrétaire chargé du Brexit, Dominic Raab, sur Twitter, suivie d'une série d'autres défections jeudi matin. Cette tournure des événements jette un doute sur la capacité de la première ministre Theresa May d'obtenir l'appui du Parlement pour son projet – et de se maintenir à la barre. De mauvaises statistiques du commerce de détail ont aggravé la chute de la monnaie. À mesure que les démissions se succédaient, les gilts ont augmenté et l'indice FTSE 100 a réduit ses gains alors que le volume des opérations était le double de la moyenne de 30 jours. Les contrats à terme sur l'indice S&P 500 ont perdu une partie de leurs gains avant de repartir à la hausse. Le yen s'est apprécié alors que le franc suisse et l'or sont restés stables.

Asie

Le plus grand prêteur de la Chine a retiré une émission d'obligations en USD sur le marché américain mercredi, ajoutant aux craintes que la demande de titres chinois des investisseurs américains diminue face à la guerre commerciale. Industrial & Commercial Bank of China Ltd. avait commencé à commercialiser des billets à taux variable de trois et cinq ans par l'entremise de sa succursale à New York, puis a décidé de ne pas tarifer l'émission, selon des personnes bien informées du dossier. Un appel au chargé des relations avec la presse d'ICBC à Pékin est resté sans réponse. La décision a eu lieu le jour où quatre autres émetteurs chinois, dont une société faiblement notée, ont tarifé avec succès des billets en USD en Asie. Les titres d'ICBC étaient destinés à des acheteurs aux États-Unis, où le sentiment des épargnants à l'égard des titres de qualité supérieure a changé à cause des craintes d'un ralentissement de la croissance sous l'effet du resserrement de la politique monétaire de la Réserve fédérale. La demande américaine d'obligations souveraines chinoises a diminué le mois dernier avec l'escalade des tensions commerciales.

Les banques centrales d'Indonésie et des Philippines – qui font partie de celles qui ont augmenté le plus énergiquement leurs taux d'intérêt cette année – sont intervenues jeudi pour renforcer leurs monnaies et calmer l'inflation. Bank Indonesia a augmenté ses taux d'intérêt une sixième fois cette année à 6 pour cent, prenant la plupart des économistes par surprise. Bangko Sentral ng Pilipinas a augmenté son taux directeur une cinquième fois de suite, à 4,75 pour cent, ce qu'avaient prévu 11 économistes sur 19 consultés par Bloomberg.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.