Haut de la page
Tous les articles

Commentaire financier du jour

Canada

Le marché immobilier résidentiel de Toronto a donné de nouveaux signes de stabilité en octobre où les prix des appartements en copropriété et des maisons jumelées ont bondi même si les ventes unitaires n'ont pratiquement pas changé. Le prix de vente moyen a augmenté de 1 pour cent le mois dernier par rapport à septembre au niveau corrigé des effets saisonniers de 810 881 $, la première hausse en trois mois. Le prix de référence, ajusté en fonction des types de logements vendus, a augmenté de 2,6 pour cent par rapport au même mois l'an dernier. Les ventes ont diminué de 1 pour cent après désaisonnalisation au cours du mois à 6 920 unités et étaient en baisse de 3,3 pour cent par rapport à l'année précédente, selon le Toronto Real Estate Board.

Les prix de l'avoine frisent des records inégalés en près de quatre ans, les intempéries ayant réduit les rendements et endommagé les récoltes au Canada, le premier exportateur de cette céréale.

Le dollar canadien est plus faible que les autres monnaies du G-10 alors que les marchés sont calmes en attendant les résultats des élections de mi-mandat aux États-Unis.

États-Unis

L'indice S&P 500 a chuté de 6,9 pour cent en octobre, plus que jamais depuis septembre 2011. Pendant la séquence houleuse de publication des résultats trimestriels, les actions ont essayé de reprendre pied juste au moment où les électeurs américains se prononcent dans le scrutin de mimandat mardi. Selon la moyenne des données mensuelles du rendement total de chaque année depuis 1958, le mois de décembre est celui où l'indice progresse généralement le plus, avec un gain moyen de 1,93 pour cent. Le mois de novembre se classe au deuxième rang avec une progression de 1,65 pour cent. (Le mois d'avril arrive troisième avec une hausse moyenne de 1,57 pour cent.) À l'inverse septembre se classe au dernier rang avec une perte moyenne de 0,32 pour cent.

L'indice Bloomberg Dollar Spot a oscillé entre gains et pertes alors que les investisseurs réduisaient leurs positions longues avant les élections de mi-mandat aux États-Unis sur les marchés au comptant et d'options.

L'OPEP doit augmenter sa production pour répondre à la croissance mondiale « robuste » de la demande de pétrole alors que l'effondrement du Venezuela et les sanctions commerciales américaines contre l'Iran maintenant en vigueur réduisent les exportations, selon Fatih Birol, directeur exécutif de l'IEA.

Europe

Les ministres britanniques s'attendent à être enfermés dans une pièce pour étudier les plus récentes options d'un accord sur le Brexit dans le plus grand secret mardi alors que Theresa May redouble d'efforts pour conclure une entente ce mois, selon des personnes bien informées du dossier. La première ministre reçoit les membres les plus haut placés de son équipe pour une discussion sur le Brexit et la séance de mardi matin portera probablement sur la question épineuse du contrôle douanier à éviter à la frontière de l'Irlande et du Royaume-Uni.

L'énergie verte connectée au réseau électrique britannique a augmenté au niveau record de 42 gigawatts au troisième trimestre, ce qui lui assure la plus grande part de la répartition des sources d'énergie du pays, selon Drax Electric Insights.

Asie

L'offre d'un représentant chinois d'entreprendre des pourparlers commerciaux avec les États-Unis mardi n'a pas aidé à réduire les craintes que les deux plus grandes économies se dirigent vers une confrontation qui pourrait bouleverser l'ordre mondial. Le vice-président Wang Qishan – allié de longue date du président Xi Jinping – a dit au Nouveau forum économique de Bloomberg à Singapour que Pékin reste prêt à discuter de solutions dans sa guerre commerciale avec les États-Unis. Mais M. Wang a aussi prévenu que la Chine ne se laisserait plus bousculer et opprimer par les pouvoirs impérialistes, ravivant les craintes des leaders économiques et politiques présents que le nationalisme des deux pays soit plus difficile à gérer.

Tous les articles

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille

Michel Doucet

Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.

Ces articles sont transmis uniquement à titre de renseignement. Les placements doivent être sélectionnés en fonction des objectifs de chaque investisseur. Desjardins Courtage en ligne n'émet aucune recommandation quant à un produit, à la pertinence ou à la valeur potentielle d'un placement donné, ou à une stratégie spécifique. Les opinions émises dans les articles sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de Desjardins Courtage en ligne.