Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Encana Corp. s'est engagée à acheter le producteur de pétrole de schiste américain Newfield Exploration Co. dans ce qui représente sa plus grosse acquisition à ce jour, suscitant la colère des investisseurs pour avoir inversé le cours de sa stratégie de réduction de son portefeuille de pétrole et de gaz. L'achat de 5,5 milliards $US donnera à Encana des positions dans les gisements Stack et Scoop en Oklahoma, dans la région de Bakken au Dakota du Nord et dans le gisement Uinta en Utah, ce qui fera de la société la deuxième société d'exploration de schiste en Amérique du Nord, selon un communiqué de l'entreprise paru jeudi. Mais l'action d'Encana a chuté parce que la transaction entièrement sous forme d'actions a fait craindre une dilution aux investisseurs et confère à l'entreprise de forage des actifs qu'elle connaît peu après des années de réduction du portefeuille à une poignée de gisements aux États-Unis et au Canada. Les actions ont baissé de 18 pour cent à 11,03 $CAN à Toronto, ce qui représente la plus forte chute en un jour dans les annales et a effacé environ 2 milliards $CAN de capitalisation boursière.

La plus grande entreprise de transformation de produits laitiers au Canada est étonnée de l'importance de l'accès à son marché laitier que le Canada a accordé aux États-Unis et estime que le nouvel accord commercial pourrait être perturbateur si des quotas d'importation sont accordés « aux mauvaises personnes ». Saputo Inc. de Montréal examine l'impact de l'ALENA renégocié qui donnera aux États-Unis un plus grand accès au marché laitier du Canada, a dit le chef de la direction, Lino Saputo Jr., jeudi. Le Canada devrait envisager d'attribuer des quotas supplémentaires aux opérateurs de l'industrie laitière canadienne pour s'assurer que les détaillants ne remplacent pas des fromages canadiens par des produits moins chers fabriqués ailleurs, a dit M. Saputo.

États-Unis

Des gestionnaires de capitaux comme Loomis Sayles & Co., BMO Gestion d'actifs et RBC Gestion mondiale d'actifs réduisent leurs positions en obligations de pacotille et augmentent leurs obligations de plus grande qualité après que les titres de créance de sociétés spéculatifs ont affiché leurs pires rendements en octobre depuis une décennie. Ils ne sont pas les seuls à rechercher des valeurs mieux classées : l'écart entre les rendements des obligations à taux élevé et les obligations de qualité supérieure s'est creusé la semaine dernière comme jamais depuis le mois de mai. Les investisseurs expliquent que le risque de posséder des obligations de sociétés de moindre qualité ne vaut souvent pas le rendement qu'on peut en attendre, particulièrement après qu'une série de résultats décevants laisse entrevoir qu'un ralentissement a commencé et alors qu'une liquidation d'actions dénote une montée de l'aversion pour le risque.

Les États-Unis ont convenu de laisser huit pays – dont le Japon, l'Inde et la Corée du Sud – continuer d'acheter du pétrole iranien après la réimposition de sanctions contre le producteur de l'OPEP le 5 novembre, selon un représentant de l'administration. Alors que l'objectif de l'administration Trump est de réduire les rentrées de fonds l'économie iranienne, des dispenses sont accordées en échange d'une poursuite des réductions des importations afin d'éviter une flambée des prix du pétrole, a dit cette personne qui a revendiqué l'anonymat en attendant que le secrétaire d'État Michael Pompeo annonce le nombre de ces dérogations plus tard vendredi.

Europe

Le secteur manufacturier italien s'est contracté comme jamais en près de quatre ans en octobre, laissant entrevoir une poursuite de la faiblesse après que l'économie n'a enregistré aucune croissance au troisième trimestre. L'indice IHS Markit de la fabrication du pays a chuté sous le seuil de 50, ce qui signale une contraction – la première depuis août 2016. La production a diminué un troisième mois de suite et les nouvelles commandes ont chuté parce que l'optimisme a été entaché par un ralentissement de la demande mondiale et des craintes pour la stabilité politique. L'indice PMI de la fabrication de la zone euro est descendu à 52,0, sous l'estimation initiale de 52,1, ce qui représente le plus faible chiffre en plus de deux ans.

Les actions d'IAG SA ont bondi après l'annonce par la société mère de British Airways qu'elle amplifiait ses projets d'expansion jusqu'en 2023 afin de stimuler les bénéfices en moyenne de 11 pour cent par an comparativement à l'objectif quinquennal précédent. Les prévisions mises à jour dénotent la confiance d'un des plus grands acteurs du marché aérien européen ébranlé par la hausse des prix des carburants et la surcapacité. L'action d'IAG a enregistré la plus forte hausse depuis mai quand les investisseurs ont salué les prévisions d'augmentation du bénéfice.

Asie

Alibaba Group Conservering Ltd. a réduit ses prévisions de chiffre d'affaires annuel après la publication de ventes trimestrielles inférieures aux estimations, soulignant à quel point l'escalade des tensions avec les États-Unis nuit à l'économie chinoise. Pour l'exercice qui se terminera en mars, la société prévoit maintenant un chiffre d'affaires de 375 milliards de yuans (54,5 milliards $US) à 383 milliards de yuans, ce qui équivaut à une croissance de près de 53 pour cent comparativement à celle de 60 pour cent des prévisions internes antérieures. Les ventes au deuxième trimestre étaient inférieures de 1,6 pour cent aux estimations des analystes. Alors que les États-Unis et la Chine semblent disposés à discuter d'un accord, le cofondateur d'Alibaba, Jack Ma, a mis en garde contre un conflit de plus longue durée entre les deux plus grandes économies du monde. La guerre commerciale commence à faire du tort au pays asiatique, déprimant les dépenses de consommation sur lesquelles compte le géant en ligne pour croître. Sur le plan intérieur, il fait face à une migration des petits commerçants vers des plateformes moins chères comme JD.com Inc. et Pinduoduo Inc., toutes deux soutenues par son rival Tencent Conserverings Ltd.

Les prêteurs non bancaires de l'Inde pourraient faire défaut sur le remboursement de dettes mobilisées sur le marché monétaire du pays au cours des six prochaines semaines si davantage de liquidités ne sont pas injectées immédiatement, selon une personne bien informée du dossier qui citait une lettre du ministre des Finances. Les prêteurs financiers non bancaires et hypothécaires détiennent pour 2 700 milliards de roupies (37 milliards $US) de dette arrivant à échéance au cours des cinq prochains mois, a dit cet interlocuteur, revendiquant l'anonymat parce que l'information n'est pas publique. Selon la lettre envoyée au ministère du Commerce et de l'Industrie, un défaut pourrait avoir un effet négatif sur le secteur productif de l'économie. Bloomberg News a examiné cette correspondance.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.