Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Ressources Teck Ltée, la plus grande société minière diversifiée du Canada, a plongé à un creux inégalé depuis plus d'un an après la présentation de résultats trimestriels qui étaient inférieurs aux estimations des analystes alors que ses coûts ont augmenté dans son secteur du charbon. Les actions ont cédé 8,3 pour cent, s'établissant à 24,67 $ à Toronto, le plus bas niveau depuis juillet 2017. L'action était en baisse de 7,7 pour cent à 16 h hier. Elle a perdu 24 pour cent cette année.

Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, a réitéré les principaux thèmes développés lors de sa décision sur les taux d'intérêt de la semaine dernière, et notamment la nécessité de ramener le coût des emprunts au niveau neutre, lors de sa comparution semestrielle devant le Comité permanent des finances de la Chambre des communes. La Banque du Canada a adopté sa cinquième hausse de taux la semaine dernière depuis qu'elle a commencé à resserrer sa politique monétaire en 2017 et a reconnu pour la première fois depuis plus d'une décennie qu'elle prévoit de retirer complètement les mesures de stimulation monétaires de l'économie – déclenchant une spéculation sur une accélération possible du rythme des hausses de taux.

États-Unis

Les actions de Facebook ont évolué en dents de scie après la fermeture des marchés, à la suite d'un rapport trimestriel sur les résultats contrastés paru mardi. Les résultats étaient inférieurs aux attentes en termes de chiffre d'affaires, de nombre d'utilisateurs quotidiens et d'estimations des utilisateurs mensuels actifs dans le dernier rapport de la société, bien que le bénéfice par action ait dépassé les estimations des analystes. Facebook a aussi dit aux investisseurs qu'elle prévoit une augmentation des charges en 2019. Les actions de Facebook ont baissé de 6 pour cent et remonté de 5 pour cent après la fermeture des marchés alors que les investisseurs disséquaient les commentaires du chef de la direction Mark Zuckerberg sur les dépenses et la croissance futures. Les actions ont fini par se stabiliser en zone positive, en hausse d'environ 3 pour cent, après la conférence de la société sur les résultats.

Les États-Unis accumulent trop de dettes actuellement et ce problème ne pourra que s'aggraver à l'avenir, a dit l'ancienne présidente de la Réserve fédérale américaine, Janet Yellen, mardi. « Si j'avais une baguette magique, j'augmenterais les impôts et réduirais les dépenses de retraite », a dit Mme Yellen à Steve Liesman de CNBC à la conférence Charles Schwab Impact à Washington, D.C., en qualifiant la trajectoire de la dette américaine « d'insoutenable ». Le déficit budgétaire américain a augmenté à 779 milliards $US au cours de l'exercice 2018, soit 17 pour cent de plus que l'exercice précédent. Cela s'est produit après que le président Donald Trump a signé un projet de loi réduisant l'impôt des sociétés de 35 à 21 pour cent. Les dépenses ont grimpé à leur plus haut niveau en six ans alors que les revenus n'ont progressé que légèrement.

Les prêteurs hypothécaires étaient moins occupés la semaine dernière, même si les taux d'intérêt sont restés stables. Contrairement à ces taux, le marché boursier a connu d'importants mouvements, principalement à la baisse et cela pourrait avoir effrayé les acheteurs de biens immobiliers résidentiels. Le volume total des demandes de prêts hypothécaires a diminué de 2,5 pour cent la semaine dernière, selon l'indice corrigé des effets saisonniers de la Mortgage Bankers Association. Le volume était inférieur de 16 pour cent à celui de la semaine équivalente en 2017, où les taux d'intérêt hypothécaires étaient plus bas de près de 1 point de pourcentage. Les demandes de crédits hypothécaires pour acheter une maison ou un appartement, qui sont moins sensibles aux variations hebdomadaires des taux d'intérêt, ont reculé de 2 pour cent au cours de la semaine et étaient inférieurs de 0,4 pour cent à celles de la même semaine l'an dernier. Il s'agit du premier repli annuel depuis août.

Europe

L'indice pan-européen Stoxx 600 a augmenté de 1,8 pour cent, tous les secteurs affichant des résultats positifs. Le secteur des services financiers était le plus performant, après la parution d'une information selon laquelle l'organisme de surveillance de la concurrence britannique a donné le feu vert à l'achat par CME de Nex. Les actions du secteur des ressources de base et du pétrole figuraient aussi parmi les plus performantes dans les opérations avant l'ouverture des marchés. Dans l'indice de référence européen, L'Oréal a rapporté le plus, ayant gagné au-delà de 6 pour cent, après la déclaration de ventes au troisième trimestre supérieures à celle de l'an dernier. Standard Chartered a aussi augmenté de 4 pour cent après l'annonce d'un bond des bénéfices par rapport à l'an dernier. Banco Santander a gagné 2 pour cent, également après un bond du bénéfice trimestriel.

Asie

Le secteur chinois de la fabrication a pâti des effets de la guerre commerciale en octobre, augmentant les risques que l'économie mondiale s'oriente vers un ralentissement synchronisé. L'indicateur officiel des usines de la Chine était inférieur aux prévisions avec un chiffre de 50,2 et le sous-indice des exportations a dérapé au plus bas niveau depuis le début de 2016. Par ailleurs, la production industrielle de septembre en Corée du Sud et au Japon était aussi inférieure aux attentes, tout comme la production du troisième trimestre à Taiwan.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.