Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

MEG Energy Corp. a dit hier qu'elle a rejeté l'offre d'achat hostile de 3 milliards $ de Husky Energy Inc. et compte lancer un examen stratégique, dans l'objectif de trouver un autre repreneur.

États-Unis

Le compte rendu de la Réserve fédérale américaine paru hier révèle qu'une majorité de membres du FOMC étaient en faveur d'une hausse des taux d'intérêt potentielle (et temporaire) supérieure à ce qu'ils considèrent comme le niveau neutre pour l'économie à long terme. L'absence de toute note de détente dans les prévisions a aidé à pousser les rendements des obligations du Trésor de 10 ans à la hausse de cinq points de base après la publication. La fermeté du ton va à l'encontre du président Donald Trump qui a lancé une avalanche de critiques contre la Fed après la hausse de taux du mois dernier.

Alcoa a dit que la hausse des prix de l'aluminium américain découlant des tarifs douaniers sur les importations et l'augmentation des ventes de matières premières pour fabriquer l'aluminium ont amélioré son chiffre d'affaires au troisième trimestre.

Novartis a annoncé l'achat du fabricant du médicament de lutte contre le cancer Endocyte au prix de 2,1 milliards $ US, ce qui représente la plus récente décision du géant pharmaceutique suisse pour se recentrer sur des médicaments à plus grande valeur.

Europe

La première ministre du Royaume-Uni, Theresa May, a dit qu'elle évalue un plan qui maintiendrait les règles de l'Union européenne en vigueur au R.-U. pendant plus longtemps, pour tenter de dénouer l'impasse des pourparlers. Mme May a confirmé jeudi qu'elle envisage une prolongation de 21 mois de la transition – le délai de grâce avant l'entrée en vigueur du Brexit permettant de maintenir les règles commerciales et de marché inchangées.

La croissance des ventes d'Unilever s'est accélérée au troisième trimestre, soulageant les investisseurs qui s'inquiétaient de la stratégie de la société et de son rendement après l'échec d'un plan pour simplifier sa structure juridique. La croissance de 4,5 pour cent des ventes sous-jacentes dépassait légèrement les prévisions des analystes dont le consensus oscillait autour de 4,3 pour cent, le fabricant de la crème glacée Ben & Jerry's et du savon Dove ayant réussi à hausser ses prix. Sans les résultats en Argentine, frappée d'hyperinflation, la croissance était de 3,8 pour cent.

Asie

Le yuan chinois est tombé au plus bas depuis janvier 2017 après la parution du plus récent rapport du Trésor américain sur les taux de change qui n'est pas allé jusqu'à accuser le pays de manipuler la devise. La baisse du taux de change n'aide pas à faire monter les actions du pays où l'indice composé de Shanghai a clôturé en baisse de 2,9 pour cent, malgré l'intervention des autorités pour arrêter la chute de l'indice qui a perdu 30 pour cent depuis les sommets de janvier. La plus récente pression sur la Chine de l'administration Trump est le retrait possible des États-Unis d'un traité de 192 pays qui donne aux sociétés du pays asiatique des tarifs d'expédition réduits pour les petits colis envoyés aux consommateurs américains.

Les actions chinoises ont fortement chuté jeudi où les ventes importantes dans le secteur de l'énergie et les craintes au sujet des niveaux d'emprunts sur le marché boursier se sont ajoutées aux préoccupations plus générales pour la croissance et la liquidation mondiale d'actions. L'indice composé de Shanghai a clôturé en baisse de 2,9 pour cent à 2 486,42, après avoir atteint son point le plus bas depuis novembre 2014 jeudi matin. L'indice des valeurs sûres CSI300 a reculé de 2,4 pour cent.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.