Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Le Canada n'a pas beaucoup d'espoirs de voir Washington retirer rapidement les tarifs douaniers imposés sur les exportations d'acier et d'aluminium et résiste à une pression américaine pour lui faire accepter des quotas stricts, selon deux personnes bien informées du dossier. L'administration Trump a infligé les sanctions au Canada et au Mexique en juin, en invoquant des motifs de sécurité nationale. Bien que le Canada et le Mexique aient accepté un accord commercial continental renouvelé dernièrement, les mesures restent en place.

États-Unis

Sears Holdings Corp a déclaré faillite en vertu du Chapitre 11 lundi, avec l'objectif de fermer 142 magasins de plus, mettant en doute la survie du détaillant centenaire qui, fut un temps, dominait les centres commerciaux américains, mais a disparu à l'ère des achats sur Internet. La déclaration de faillite en vue de réorganiser les dettes de la société mère de Sears, Roebuck and Co et Kmart Corp fait suite à une décennie de chute du chiffre d'affaires, à des centaines de fermetures de magasins et des années de compromis du chef de la direction milliardaire, Eddie Lampert, pour essayer de redresser la société qu'il a achetée en 2004. Sears a indiqué qu'elle vendra des actifs et commencera à fermer 142 magasins non rentables d'ici la fin de l'année dans le but de se restructurer en une plateforme plus petite d'environ 700 de ses meilleurs établissements. Elle envisage aussi la vente de « grandes parties » de ses magasins et a dit qu'ils pourraient être rachetés par le fonds spéculatif de M. Lampert dans une vente aux enchères de faillite. Pendant ce temps, les magasins Sears et Kmart restent ouverts. La société a dit qu'elle continue de payer les salaires et les avantages sociaux du personnel et travaille avec ses fournisseurs pour s'assurer que ses rayons restent garnis.

Les contrats à terme sur indices boursiers américains ont chuté, indiquant qu'une baisse de 4 pour cent des principaux indices la semaine dernière n'est pas terminée. Aux alentours de 6 h 31, HE, les contrats à terme sur le Dow avaient reculé de plus de 109 points, indiquant une ouverture négative de 128 points. Ceux sur le S&P et le Nasdaq étaient aussi en baisse. Les actions américaines ont fini en hausse de près de 300 points vendredi, mais ont quand même enregistré de fortes pertes sur l'ensemble de la semaine alors que les investisseurs se tracassaient devant la hausse des taux d'intérêt. Les indices Dow et S&P 500 ont terminé la semaine précédente en baisse de plus de 4 pour cent, alors que le Nasdaq affichait une perte sur la semaine de 3,7 pour cent. Dans les opérations de lundi avant l'ouverture des marchés, les actions de Goldman Sachs, qui doit présenter ses résultats mardi, étaient en baisse d'environ 1 pour cent. Celles de Netflix ont cédé plus.

Bank of America a dépassé l'estimation de chiffre d'affaires et de bénéfice des analystes au troisième trimestre. La banque a affiché 66 cents par action de bénéfice, soit une augmentation de 43 pour cent, comparativement à une estimation de 62 cents des analystes sondés par Refinitiv. Bank of America a qualifié son bénéfice net de 7,2 milliards $US de record trimestriel. Le chiffre d'affaires de la société a augmenté de 4 pour cent à peine, à 22,8 milliards $US, comparativement à des estimations de 22,67 milliards $US.

Europe

Les actions européennes n'ont pas rebondi et ont touché un creux inégalé de 22 mois lundi après la pire semaine depuis une correction en février alors que des menaces telles que les guerres commerciales, l'augmentation des taux obligataires américains, la croissance chinoise, le Brexit et la confrontation de l'Italie avec l'UE sur les questions budgétaires ont continué de saper les marchés. Pour les bourses européennes, il n'y a pas eu de vent d'optimisme de l'Asie où les actions ont souffert des tensions diplomatiques entre Riyad et l'Occident au sujet de la disparition d'un journaliste ce qui a fait monter les prix du pétrole.

Asie

Un report du premier appel public à l'épargne de Tencent Music Entertainment à New York pourrait annoncer une pause dans la ruée des sociétés chinoises pour s'introduire en bourse aux États-Unis. Vingt-trois sociétés de ce genre ont été inscrites à la bourse aux États-Unis pendant les trois premiers trimestres de l'année, à un rythme qui allait faire de 2018 l'année la plus active depuis 2010, selon le conseiller en premiers appels publics à l'épargne du Connecticut Renaissance Capital. Ces émissions comprenaient des transactions massives comme la mobilisation de 2,3 milliards $US de fonds par une société de diffusion directe de vidéos, iQiyi, en mars et celle de 1,6 milliard $US de la société de commerce électronique Pinduoduo en juillet. Tencent Music, la branche de diffusion de musique en direct du conglomérat technologique chinois Tencent, compte réunir 1 milliard $US selon une déclaration officielle du 2 octobre.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.