Haut de la page
Tous les articles

Commentaire financier du jour

Canada

Les actions canadiennes ont suivi les valeurs mondiales à la baisse sous l'effet de la montée des tensions commerciales. Le dollar canadien s'est déprécié par rapport au dollar américain un deuxième jour de suite, la crainte que les négociations de l'ALENA passent à l'arrière-plan vu l'impasse avec la Chine sapant l'enthousiasme des opérateurs pour le huard. Aucune rencontre entre le premier ministre Justin Trudeau et le président Donald Trump n'est prévue à l'assemblée générale des Nations Unies cette semaine alors que les négociations de l'ALENA sont dans la balance, écrit le Toronto Star. L'indice composé S&P/TSX a reculé de 0,1 pour cent lundi; les secteurs des télécommunications, de la consommation discrétionnaire et des valeurs industrielles ont écopé le plus. Les actions des sociétés de cannabis ont rebondi après la liquidation de vendredi et le secteur de l'énergie a augmenté au diapason du pétrole brut.

Le baril de brut de Brent à livrer en novembre se négociait à plus de 82 $US ce matin; les opérateurs restent optimistes après la réunion de l'OPEP et d'autres à Alger le week-end dernier. Janet Kong, qui dirige les opérations de négociation du géant pétrolier BP Plc en Asie, estime que toute poussée des prix du pétrole pourrait être de courte durée puisqu'elle prévoit une offre suffisante pour les 12 prochains mois, ajoutant qu'aucun impact négatif dû à la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis n'a encore été prise en compte dans les prix.

États-Unis

Comcast Corp. a fait passer sa participation dans Sky Plc à plus de 30 pour cent alors qu'elle se dépêche d'acheter des actions après l'avoir emporté sur sa rivale 21st Century Fox Inc. avec une offre de 39 milliards $US pour la société de télévision par satellite britannique. Comcast a effectué l'achat sur le marché à 17,28 livres par action, le prix de son offre victorieuse dans une enchère au cours de la fin de semaine sur Sky, et elle cherche à en acheter davantage, a dit la société mardi. Les achats prouvent que le plus grand câblodistributeur américain ne perd pas de temps pour essayer de réunir plus que les 50 pour cent de Sky qu'il lui faut pour en prendre le contrôle. Les actionnaires de Sky ont jusqu'au 11 octobre pour céder leurs actions à Comcast.

Le président Donald Trump doit prendre la parole à l'assemblée générale des Nations Unies à 10 h 15 heure de l'Est ce matin avec un discours dont on pense qu'il sera centré sur l'Iran et son programme nucléaire. Lors d'une rencontre avec le président français Emmanuel Macron hier, il a dit que ses sanctions contre le pays portaient leurs fruits et qu'il était trop tôt pour des pourparlers avec Téhéran. Les pays de l'Union européenne se sont entendus pour mettre en place un mécanisme qui permettra à des sociétés de continuer de faire affaire avec l'Iran, contournant les sanctions américaines.

Selon une enquête Bloomberg auprès d'économistes, la Réserve fédérale américaine haussera les taux d'intérêt demain et continuera de les relever une fois par trimestre jusqu'en juin 2019. D'après les réponses, le raffermissement de l'inflation et le marché du travail tendu aux États-Unis continuent de l'emporter sur les craintes reliées au conflit commercial. La décision de la Fed sera publiée avec son fameux « graphique à points » mis à jour qui pourrait faire bouger les marchés plus que toute hausse des taux si les projections des grands argentiers devaient réserver une surprise.

Europe

Le brut de Brent a continué de monter à partir du niveau le plus élevé en près de quatre ans alors que les banques et les négociants faisaient chorus, affirmant que les prix pourraient grimper en flèche après le rejet par l'OPEP et ses alliés de la demande du président Donald Trump qui voulait une augmentation rapide de la production. Les contrats à terme à Londres ont augmenté de 1,2 pour cent après une hausse de 3,1 pour cent lundi. Mercuria Energy Group Ltd. et Trafigura Group s'attendent à un retour à 100 $US le baril, ce qui ne s'était pas vu depuis 2014, en raison de la perte potentielle de la production iranienne. Bank of America Corp. s'est jointe à JPMorgan Chase & Co. pour prédire une hausse des prix.

Le Parti travailliste, qui représente l'opposition au Royaume-Uni, compte voter contre le projet d'accord de divorce de l'Union européenne de la première ministre Theresa May et estime qu'un deuxième référendum permettrait d'éviter le chaos d'un Brexit sans accord. Le porte-parole du parti sur la question du Brexit, Keir Starmer, a défini ce qu'il a qualifié de stratégie « structurée, avec une séquence » pour les prochains mois au Parlement, quand Mme May devra soumettre l'accord qu'elle négocie avec Bruxelles à l'approbation des députés. Le Parti travailliste votera contre l'accord, et s'il réussit à défaire le gouvernement, il demandera la tenue d'une élection générale.

Asie

En Chine, les actions ont chuté au premier jour de Bourse depuis que les États-Unis ont imposé des tarifs douaniers sur 200 milliards $US de marchandises chinoises de plus. L'indice composé de Shanghai a perdu 0,6 pour cent de plus à la clôture. Un indice des promoteurs immobiliers a cédé 2,8 pour cent, car la province de Guangdong examine un projet d'élimination du système de prévente de logements qu'emploient les sociétés immobilières pour financer les projets. Les marchés de Hong Kong étaient fermés mardi en raison d'un jour férié. L'indice de Shanghai a chuté de 16 pour cent cette année, ce qui en fait un des moins performants au monde. Les investisseurs ont été ébranlés par l'escalade de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, un ralentissement de l'économie et une campagne du gouvernement pour réduire la dette. L'indice de Shanghai avait augmenté le plus en deux ans la semaine dernière sous l'effet des projets de réduction des impôts et de soutien à la consommation, alors que les fonds d'État achetaient également des actions.

Les représentants chinois ont dit que le pays soutiendra la consommation intérieure, l'investissement et la confiance des entreprises pour protéger l'économie de l'impact des tarifs douaniers américains. Ces commentaires ont été faits alors que les deux parties semblent se préparer à une guerre commerciale prolongée; le vice-ministre chinois au Commerce, Wang Shouwen, a dit à des journalistes à Pékin qu'il n'en dépendait que des États-Unis que les discussions reprennent. L'autorisation de la vente de 330 millions $US de matériel militaire américain à Taiwan hier risque de faire monter un peu plus encore les tensions entre les deux plus grandes économies au monde.

Tous les articles

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille

Michel Doucet

Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.

Ces articles sont transmis uniquement à titre de renseignement. Les placements doivent être sélectionnés en fonction des objectifs de chaque investisseur. Desjardins Courtage en ligne n'émet aucune recommandation quant à un produit, à la pertinence ou à la valeur potentielle d'un placement donné, ou à une stratégie spécifique. Les opinions émises dans les articles sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de Desjardins Courtage en ligne.