Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Le secrétaire américain au Commerce, Robert Lighthizer, et la ministre des Affaires étrangères canadienne, Chrystia Freeland, se sont rencontrés deux fois mercredi près de quatre heures durant, en deux séances, après que leurs collaborateurs avaient travaillé toute la nuit. Mme Freeland en est ressortie en disant que les pourparlers allaient continuer pendant la soirée et qu'elle reverrait M. Lighthizer jeudi.

En ce qui représentait sans doute la journée la plus folle pour Weed Inc. qui vient de naître, les actions de Tilray ont grimpé à un rythme qui rappelle celui de l'engouement pour le bitcoin et même les beaux jours des sociétés « .com ». Le fabricant de produits à base de cannabis a pratiquement doublé avant d'effacer la totalité de ses gains en moins d'une heure, pour finir quand même à 40 pour cent au-dessus de son cours d'ouverture. Certes, Tesla a eu des séances de montagnes russes et AMD a triplé cette année, mais les mouvements de mercredi semblaient différents.

La production de pétrole brut de la Russie a bondi à un nouveau record depuis l'ère soviétique, gonflant les recettes de l'État qui se prépare à des négociations avec l'OPEP élargie, selon un représentant du gouvernement. La production pétrolière du pays fluctue actuellement entre 1,54 million et 1,55 million de tonnes par jour – et est principalement à inscrire au compte de la société d'État Rosneft.

États-Unis

Micron Technology Inc. est passé du statut de héros à celui de paria cette année. Les actions de Micron, qui ont déjà figuré parmi les titres les plus performants en 2018, ont périclité ces derniers mois à cause des craintes suscitées par un plongeon des prix de cartes mémoires. Beaucoup d'investisseurs parient que le temps où l'offre n'arrivait pas à suivre l'essor de la demande est révolu. L'action a perdu 24 pour cent depuis la dernière publication des résultats trimestriels de Micron.

Les actions ont grimpé jeudi alors que les opérateurs attendaient de connaître les derniers développements sur le front du commerce international et digéraient l'ascension des rendements des obligations du Trésor à leur plus haut niveau de cette année. Le dollar américain est resté sous pression.

Europe

Les marchés européens ont ouvert sur peu de changements ce matin alors que les investisseurs pondèrent les plus récentes menaces dans la guerre commerciale qui oppose les États-Unis et la Chine et que les négociations du Brexit sont en panne. L'indice Stoxx 600 était stable, après une hausse de 0,3 % mercredi. Les secteurs des ressources de base et des banques ont encore gagné du terrain. Les dirigeants européens et britanniques n'ont donné aucune indication sur une sortie possible de l'impasse pour sceller un accord sur le Brexit alors qu'ils se retrouvaient pour la tenue d'un sommet à Salzbourg, en Autriche. Le président de la Commission européenne JeanClaude Junker a dit qu'on était encore loin d'une entente.

Asie

Les emprunteurs asiatiques lancent des émissions d'obligations en dollars américains ce mois-ci au rythme le plus actif depuis avril pour engranger des fonds avant que l'ascension des obligations du Trésor américain ne fasse monter davantage le coût des emprunts. Onze sociétés d'Asie ont placé pour plus de 6,4 milliards $US d'obligations en USD mercredi, qui était une des journées les plus chargées cette année. Cela a fait monter le total, y compris les émetteurs japonais, à 31 milliards $US depuis le début du mois, plus que jamais depuis avril selon les données compilées par Bloomberg.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.