Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Les pourparlers de l'ALENA reprennent aujourd'hui. Le Canada et les ÉtatsUnis attendent chacun que l'autre cligne de l'œil le premier – et alors que les minutes passent, pour conclure une entente qui aurait le plus de chances d'être avalisée. Le secrétaire américain au Commerce, Robert Lighthizer, et la ministre des Affaires étrangères canadienne, Chrystia Freeland, se retrouveront mercredi à Washington pour leur première rencontre en personne en huit jours. Les deux pays ne s'entendent pas sur des sujets de fond, dont les produits laitiers et l'instance de règlement des différends, et ont fait pression l'un sur l'autre en vue de la réunion.

Enbridge Inc. s'est engagée à acquérir les parts de trois unités nordaméricaines qu'elle ne détient pas encore pour environ 7,1 milliards $US alors que le pipelinier géant canadien s'efforce de rationaliser sa structure. L'absorption de sociétés en commandite ramènera tous les actifs de base de liquides et de gaz naturel d'Enbridge sous le chapeau d'une entité cotée en bourse unique au bénéfice de tous les actionnaires et porteurs de parts, selon un communiqué de l'entreprise de Calgary paru mardi.

États-Unis

Les actions « sûres » à dividende élevé sont en tête de la plus récente tentative des indices boursiers américains de battre des records, ce qui est un signe de la manière dont neuf années d'ascension boursière modifient les comportements bien ancrés des investisseurs. Ce mois-ci, les plus grands gagnants de l'indice S&P 500 sont des entreprises centrées sur les services de télécommunications services, les biens de consommation de base et les services aux collectivités – des secteurs jugés sûrs dont les versements réguliers de dividendes ont toujours fait les valeurs préférées des investisseurs quand les marchés sont volatils.

La conjoncture semble propice aux détaillants pour la saison des fêtes de fin d'année, avec un taux de chômage d'une faiblesse record partout aux États-Unis, une grande confiance des consommateurs et un élan des ventes immobilières jusque-là en 2018. Les ventes au détail devraient croître de 5 à 5,6 pour cent par rapport à l'an dernier, selon les prévisions annuelles de Deloitte pour la saison des fêtes, publiées mercredi. À titre de comparaison, les ventes entre novembre 2017 et janvier 2018 ont grimpé de 5 pour cent, totalisant 1 050 milliards $US, selon des données du département américain du Commerce. D'après Deloitte, les ventes au détail de la saison des fêtes pourraient cette année dépasser les 1 100 milliards $US.

Europe

À Londres, les prix de l'immobilier résidentiel ont subi leur plus forte baisse en près d'une décennie en juillet. Les prix des logements ont reculé de 0,7 pour cent, ce qui ne s'est jamais vu depuis septembre 2009, a dit l'Office for National Statistics mercredi. Le prix moyen d'un logement dans la capitale britannique est de 485 000 livres (640 000 $US).

Le chef de la direction de Danske Bank A/S, Thomas Borgen, quittera ses fonctions devant des allégations selon lesquelles sa banque aurait été au centre d'un important scandale de blanchissement d'argent européen dans le cadre duquel 234 milliards $US auraient transité par une minuscule unité en Estonie. L'affaire a choqué le Danemark, un pays auquel on prête généralement un des plus faibles niveaux de corruption et des plus hauts degrés de transparence.

Asie

La palme de l'achat le plus décevant en Bourse cette année revient à Tencent Holdings Ltd. Sur les 10 sociétés valant plus de 100 milliards $US dont les analystes ont principalement recommandé l'achat, Tencent a de loin connu le plus mauvais sort en 2018, selon des données de Bloomberg. Le géant d'Internet a chuté de 22 pour cent à Hong Kong jusqu'à mardi, effaçant 108 milliards $US de capitalisation boursière, puisque la société n'a pas réussi à maintenir la dynamique de ses résultats et qu'une intervention de l'État assombrit les perspectives du secteur des jeux.

Le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine continuera dans un avenir prévisible et s'accentuera, et ce sera douloureux pour les Américains, selon une ancienne négociatrice du commerce extérieur américain. « Dans un avenir prévisible, nous vivrons dans un monde de tarifs douaniers et l'escalade se poursuivra, dit la vice-présidente de Asia Society Wendy Cutler, ex-négociatrice au secrétariat américain au Commerce. Les tarifs seront là pour longtemps, mais tout cela finira par une solution négociée parce que les deux parties souffriront trop de l'escalade de cette guerre des droits de douane. »

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.