Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Le chef de la direction de la Banque de Montréal Darryl White s'attend à ce que les négociations en vue de réviser l'Accord de libre-échange nordaméricain soient couronnées de succès – et même en cas d'échec, ce ne serait pas un désastre.

AltaGas Ltd. s'est engagée à vendre des actifs de gaz naturel et d'électricité à deux sociétés de capital-investissement au prix d'environ 560 millions $ dans ses efforts pour réduire sa dette après l'acquisition de sa rivale dans les services aux collectivités WGL Holdings Inc.

États-Unis

Boeing Co. a présenté des prévisions optimistes pour la Chine, un marché de l'aviation qui sera bientôt le plus grand au monde. L'avionneur doit aussi surmonter une guerre commerciale que le président Donald Trump ne cesse d'attiser, suscitant des mesures de rétorsion coup pour coup.

La présidente de la Banque de réserve fédérale de Cleveland, Loretta Mester, a dit que le rapport solide sur l'emploi en août et l'élan croissant de l'économie américaine ont motivé son choix en faveur d'une poursuite des hausses graduelles des taux d'intérêt cette année.

Europe

Les actions européennes ont ouvert la séance avec peu de changements, les actions minières chutant au diapason des métaux alors que les investisseurs gardaient un œil sur l'escalade du conflit commercial entre les États-Unis et la Chine.

Mark Carney s'est engagé à rester à la tête de la Banque d'Angleterre sept mois de plus, prolongeant son mandat une deuxième fois pour aider à piloter l'économie britannique pendant le Brexit.

Asie

La chute des actions en Chine est sur le point de passer un cap malheureux. L'indice composé de Shanghai a clôturé en baisse de 0,2 pour cent mardi, se rapprochant à 10 points du plancher de 2016, après être brièvement descendu sous ce niveau avant de rebondir. Si l'indice baisse encore, il n'aura pas été aussi bas depuis novembre 2014, avant l'explosion du marché boursier du pays qui a précédé une implosion de 5 000 milliards $US.

Alors que la Banque du Japon a accepté que les achats d'obligations gouvernementales ne respectent pas, et de loin, ses lignes directrices au cours des deux dernières années, il est peu probable que les autorités monétaires acceptent une divergence aussi importante entre les objectifs en matière d'actions de la BdJ et le niveau réel de ses achats. Beaucoup de représentants de la banque pensent que le conseil devra réduire l'objectif annuel de 6 000 milliards de yens (54 milliards $US) pour les fonds négociés en bourse si la décision de juillet d'acheter en accord avec l'état du marché entraîne une baisse soutenue de ses achats, selon des personnes bien informées des discussions de la BdJ.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.