Haut de la page
Tous les articles

Commentaire financier du jour

Canada

Les actions canadiennes ont suivi les valeurs mondiales à la baisse vendredi après qu'on a appris que le président Trump mettrait en application de nouveaux tarifs douaniers pour la Chine. L'indice S&P 500 a chuté un deuxième jour de suite. Les actions du secteur de l'automobile figuraient parmi les plus grands perdants dans l'indice Stoxx Europe 600 alors qu'émergeaient des doutes sur la portée de l'accord commercial entre les États-Unis et l'Europe. L'indice composé S&P/TSX a cédé environ 0,1 pour cent pour s'établir à 16 358 à Toronto; les sociétés d'énergie ont écopé le plus. Le secteur de la santé a enregistré une hausse, certaines actions de sociétés de cannabis ayant été sur le point d'atteindre une augmentation de près de 20 pour cent sur la semaine après la publication des résultats du deuxième trimestre de Tilray, qui révélait un dépassement des estimations mêmes les plus optimistes des analystes.

Le pétrole a dépassé les 70 $US le baril à New York alors que la tempête tropicale Gordon s'approchait des exploitations au large de la côte du golfe du Mexique.

États-Unis

Le dollar américain était très demandé sur le marché de Londres, soutenu par l'augmentation des rendements des obligations du Trésor alors que les marchés émergents subissaient de nouvelles pressions et que le commerce international demeurait en tête des préoccupations des investisseurs.

Transocean Ltd. s'est engagée à acheter Ocean Rig UDW Inc. dans une transaction au comptant et sous forme d'actions évaluée à environ 2,7 milliards $US dette comprise visant à accroître le parc d'équipements de forage à très grande profondeur de la société. La transaction valorise Ocean Rig à environ 32,28 $US par action, soit une prime de 20 pour cent sur le cours de clôture du 31 août, selon un communiqué des sociétés paru mardi.

I Squared Capital, société de capital-investissement centrée sur les infrastructures fondée par d'anciens cadres supérieurs de Morgan Stanley, a mobilisé 7 milliards $US pour son deuxième fonds, dépassant la cible initiale alors que la concurrence pour attirer les investisseurs augmente. Le fond, connu sous le nom de ISQ Global Infrastructure Fund II, effectuera des placements privés atteignant en moyenne 300 millions $US dans des opérations portant sur l'énergie, les services aux collectivités, le transport et les télécommunications aux quatre coins du monde, selon le chef des placements, Sadek Wahba.

Europe

Les marchés d'Italie ont poursuivi une reprise après un discours conciliant sur les projets budgétaires du pays. Les rendements des obligations du Trésor de 10 ans ont chuté plus que jamais en sept semaines et les actions étaient en tête des gains régionaux. Le premier ministre adjoint, Matteo Salvini, cible un déficit de 2 pour cent, selon le quotidien La Stampa, suite à son engagement à respecter « toutes les règles ».

Des années de pertes et de dérive stratégique ont fait perdre à Deutsche Bank AG une place au rang de l'élite des sociétés européennes. Le plus grand prêteur d'Allemagne ne fait plus partie de l'indice Euro Stoxx 50 pour la première fois depuis sa création en 1998, selon des documents consultés par Bloomberg. L'indice compilé par Deutsche Boerse AG représente un échantillon diversifié des plus grosses sociétés aux actions les plus liquides dans la zone euro. Une perte de confiance dans la capacité du prêteur de restaurer sa rentabilité après une série de scandales et de pénalités a provoqué une forte dépréciation de Deutsche Bank en bourse. La banque perd de l'argent depuis trois ans et un nombre croissant d'analystes expriment des doutes au sujet du plus récent plan de redressement du chef de la direction Christian Sewing.

Asie

La Chine envisage une fusion entre deux des trois opérateurs de télécommunications sans fil du pays pour accélérer le développement des services mobiles 5G dans une course technologique avec les États-Unis, selon des personnes bien informées du dossier.

La Banque du Japon a augmenté les achats d'obligations de plus courte durée à sa première opération régulière de septembre, calmant la spéculation selon laquelle une réduction prévue de la fréquence des achats dénote une accélération du retour à la normale.

Tous les articles

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille

Michel Doucet

Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.

Ces articles sont transmis uniquement à titre de renseignement. Les placements doivent être sélectionnés en fonction des objectifs de chaque investisseur. Desjardins Courtage en ligne n'émet aucune recommandation quant à un produit, à la pertinence ou à la valeur potentielle d'un placement donné, ou à une stratégie spécifique. Les opinions émises dans les articles sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de Desjardins Courtage en ligne.