Haut de la page
Tous les articles

Commentaire financier du jour

Canada

Le vaste déploiement de technologies numériques dans le monde pourrait augmenter la productivité plus que ce que mesurent les statistiques actuelles, ce qui donne aux responsables de la politique monétaire une raison de plus d'être prudents dans les hausses de taux d'intérêt, a dit le patron de la Banque du Canada. La possibilité que les économies aient plus de capacité de croître sans susciter d'augmentations de prix pourrait être une des raisons pour lesquelles l'inflation est restée plus basse que prévu au cours des cinq dernières années, a précisé le gouverneur de la BdC, Stephen Poloz, dans son allocution au Symposium de Jackson Hole, au Wyoming.

États-Unis

Les États-Unis et le Mexique sont sur le point de résoudre leurs divergences au sujet de l'ALENA et pourraient conclure dès lundi, ouvrant la possibilité que le Canada se joigne aux négociations entre trois pays qui échangent pour plus de mille milliards de dollars par an.

Le pétrole s'est maintenu au-dessus de 68 $ le baril du fait de la diminution des forages américains et de l'optimisme des investisseurs après une percée dans la négociation sur le commerce international entre les États-Unis et le Mexique. Le nombre d'installations de forage pétrolier en service aux États-Unis a baissé plus que jamais depuis mai 2016 la semaine dernière. Le pétrole brut a continué de se négocier en dessous de 70 $ le baril ce mois-ci alors que la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, doublée du risque de contagion de la crise des monnaies turques, a pesé sur les prix. Néanmoins, le ralentissement de la croissance de la production américaine et les goulots d'étranglement du réseau de pipelines ajoutent des risques pour l'approvisionnement alors que le président Donald Trump se prépare à imposer des sanctions sur les exportations pétrolières de l'Iran au début de novembre au moment même où les stocks diminuent.

Dans un texte publié sur un blogue du site Web de la société vendredi soir, Elon Musk de Tesla Inc. a indiqué qu'il renonçait au projet de fermeture du capital du constructeur de voitures électriques. Les actions de la société se négociaient entre 387 $ au plus haut et 288 $ au plus bas depuis un tweet du 7 août au sujet d'un financement assuré pour fermer le capital de la société, et il semble que la volatilité continuera malgré le retrait du projet. L'action de Tesla a chuté de plus de 5 pour cent dans les opérations avant l'ouverture avant d'effacer une partie de ces pertes.

Europe

L'Italie entamera le processus d'opposition au prochain budget de l'Union européenne car des États membres du bloc n'ont pas donné suite à un accord conclu en juin concernant le traitement des flux de migrants, a dit le premier ministre adjoint, Luigi Di Maio.

La confiance des entreprises allemandes a augmenté pour la première fois en neuf mois puisque les craintes au sujet d'une hausse des tensions commerciales semblent avoir touché un creux.

Asie

Le yuan chinois était stable sur le marché continental après le bond de vendredi, la banque centrale ayant indiqué qu'elle prenait des mesures pour soutenir la devise dans ses opérations de fixation des cours journalières.

La Chine devrait être « objective et rationnelle » en réponse aux critiques internationales de son projet massif d'infrastructures régionales, a dit un haut responsable. L'initiative de nouvelle route de la soie du pays, qui vise à investir dans des infrastructures reliant la Chine à l'Asie centrale, au Moyen-Orient, à l'Afrique et à l'Europe, achoppe, selon Ning Jizhe, président adjoint de la Commission nationale de développement et de réforme qui s'exprimait lors d'une conférence de presse à Pékin. Certains pays remettent l'initiative en question et les investissements des entreprises et opérations de la Chine à l'étranger se sont heurtés à des difficultés, dit-il.

Tous les articles

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille

Michel Doucet

Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.

Ces articles sont transmis uniquement à titre de renseignement. Les placements doivent être sélectionnés en fonction des objectifs de chaque investisseur. Desjardins Courtage en ligne n'émet aucune recommandation quant à un produit, à la pertinence ou à la valeur potentielle d'un placement donné, ou à une stratégie spécifique. Les opinions émises dans les articles sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de Desjardins Courtage en ligne.