Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

La prédiction de la Banque Canadienne Impériale de Commerce au sujet d'un ralentissement du crédit hypothécaire s'est vérifiée. Les soldes hypothécaires ont augmenté de 2,5 pour cent à 208,5 milliards $ au cours du troisième trimestre de l'exercice comparativement à un an plus tôt, selon la banque de Toronto qui a annoncé des résultats dépassant les estimations des analystes. C'est le rythme le plus lent en plus de quatre ans et celui-ci représente environ un cinquième du rythme de l'année précédente. La décélération met fin à la série de trois ans de dépassement des autres grands prêteurs du Canada par la croissance des prêts hypothécaires de CIBC. La Banque Royale du Canada avait dit cette semaine que les soldes des prêts hypothécaires étaient plus élevés de 5,9 pour cent qu'un an plus tôt.

Le projet du président Donald Trump de punir les constructeurs automobiles qui produisent des véhicules en dehors des États-Unis et les revendent à des Américains a été entravé par les efforts de son administration pour conclure une nouvelle entente sur l'ALENA ce moisci. Parmi les points d'achoppement qui ont émergé au cours des discussions de cette semaine à Washington entre les États-Unis et le Mexique au sujet du renouvellement de l'Accord de libre-échange nordaméricain figure une proposition de l'administration d'augmenter les tarifs douaniers sur les voitures importées du Mexique qui ne respectent pas des règles plus strictes régissant leur contenu, selon cinq personnes bien informées des discussions. Même alors que les États-Unis et le Mexique ont en grande partie fixé un accord sur les nouvelles règles d'origine concernant les voitures, les États-Unis exigent que les voitures qui ne respectent pas ces seuils soient soumises à des droits de douane de 20 à 25 pour cent, selon des personnes bien informées. Cela représenterait un bond important par rapport aux droits actuels de 2,5 pour cent imposés par les États-Unis en vertu des règles de l'Organisation mondiale du commerce.

États-Unis

Le dollar s'est apprécié pour la première fois en six jours alors que les investisseurs attendaient la rencontre des banquiers centraux du monde et après que la Réserve fédérale américaine a indiqué que le rythme du resserrement de sa politique monétaire ne changera pas.

Les scénarios à long terme pour l'économie mondiale révèlent que la croissance du PIB américain devrait dépasser celle de la Chine en 2040, selon l'OCDE. À ce moment-là, l'économie de la Chine sera plus grande de 77 pour cent en dollars internationaux que celle des ÉtatsUnis.

Europe

L'enquête auprès des directeurs des achats de la zone euro laisse penser que la forte croissance enregistrée en 2017 ne sera pas réitérée, après un début d'année plus lent en 2018. Les contraintes de capacité commencent à se faire sentir et une politique monétaire plus serrée s'annonce. Néanmoins, l'économie devrait rebondir un peu au T3 et le projet de la Banque centrale européenne de mettre fin à ses achats d'actifs en décembre est en voie de se réaliser.

Asie

Les États-Unis et la Chine se sont imposé mutuellement de nouveaux droits de douane sur les importations de marchandises alors qu'ils sont en train de négocier pour éviter l'aggravation du conflit entre les deux plus grandes économies du monde. Les deux pays ont commencé à percevoir les taxes annoncées précédemment sur 16 milliards $US d'importations, peu après l'heure de midi à Pékin. La Chine a aussi dit qu'elle déposera une plainte au sujet des tarifs douaniers américains auprès de l'Organisation mondiale du commerce, selon un communiqué du ministre chinois du Commerce publié sur son site Web.

Alibaba Group Holding Ltd. a fait état de la croissance la plus rapide en plus de quatre ans, alors que les investissements du géant du commerce électronique dans les domaines allant de l'infonuagique aux divertissements ouvrent de nouveaux débouchés. Le chiffre d'affaires de la plus grande société de commerce électronique chinoise a grimpé de 61 pour cent à 80,9 milliards de yuans (11,8 milliards $US) au cours des trois mois terminés en juin, égalant la moyenne des estimations des analystes. Le bénéfice net a dérapé de 41 pour cent à 8,7 milliards de yuans, dépassant les 7,6 milliards de yuans projetés après prise en compte d'une augmentation de la valorisation d'une société affiliée, Ant Financial, qui a augmenté la charge des actions attribuées aux employés.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.