Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Air Canada a une lacune dans son plan de relève maintenant que le numéro 2 de sa direction part diriger la plus grande compagnie aérienne d'Europe. Mais le transporteur canadien dispose de grandes ressources dans sa direction ce qui limitera toute perturbation, selon Cowen & Co. et RBC Marchés des Capitaux. Le chef de l'exploitation, Ben Smith, quittera Air Canada le 31 août pour prendre la direction d'Air France-KLM, ont annoncé les sociétés jeudi soir. M. Smith était généralement considéré par les analystes comme un successeur probable du chef de la direction d'Air Canada, Calin Rovinescu, qui aura 63 ans le mois prochain. Il quitte Air Canada après l'annonce de records de vente et d'un bon bénéfice l'an dernier. Pendant la décennie de redressement sous la direction de M. Rovinescu, la compagnie aérienne de Montréal a ajouté des avions consommant moins de carburant comme le Boeing 787 Dreamliner, a fait prendre de l'expansion à la division à prix réduits Rouge et a comprimé les coûts avec un financement par emprunt en 2016.

États-Unis

Le géant des boissons et collations PepsiCo a annoncé lundi un projet d'acquisition du fabricant d'appareils à boissons gazeuses domestiques SodaStream au prix de 3,2 milliards $US. La société de New York s'est engagée à payer 144 $US par action au comptant pour l'action en circulation de SodaStream, soit une prime de 32 pour cent sur son prix moyen de 30 jours pondéré en fonction du volume. La transaction donne à PepsiCo une nouvelle gamme de produits pour atteindre les clients chez eux, plutôt que par l'entremise de magasins. Elle a lieu alors que les épiceries américaines se transforment et qu'on prévoit que 70 pour cent des consommateurs achèteront des produits d'épicerie en ligne d'ici 2025, selon le Food Marketing Institute et Nielsen. Pendant ce temps, les détaillants compriment les prix des produits de marque et accordent de plus en plus de place dans les rayons à des marques nouvelles et de distributeur.

Europe

Les actions européennes ont monté lundi matin, alors que les investisseurs attendaient l'issue des négociations sur le commerce international entre les plus grandes économies au monde cette semaine. L'indice pan-européen Stoxx 600 était en hausse de près de 0,35 pour cent peu après l'ouverture, alors que la plupart des secteurs et les grandes bourses affichaient des résultats positifs. Les actions européennes du secteur des ressources naturelles de base étaient les plus performantes dans les transactions en début de matinée, en hausse de plus de 1,6 pour cent sous l'effet d'un regain d'optimisme au sujet d'une percée possible dans les négociations commerciales américano-chinoises plus tard cette semaine. Les géants de l'exploitation minière BHP Biliton, Glencore et Rio Tinto ont tous gagné 2 pour cent à l'annonce de la nouvelle.

Asie

Les marchés asiatiques ont augmenté le plus lundi, après une clôture à la hausse à Wall Street vendredi suite à la publication d'une information selon laquelle les négociateurs de la Chine et des États-Unis travaillent sur un plan pour mettre fin à un différend commercial qui aboutirait à une rencontre entre le président Donald Trump et le président chinois Xi Jinping en novembre. L'indice japonais Nikkei 225 a clôturé à la baisse de 71,38 points, soit de 0,32 pour cent, à 22 199 alors que l'indice Topix a perdu 5,38 points, soit 0,32 pour cent, pour terminer à 1 692,15.

Apple aurait retiré des milliers d'applications illégales de son App Store en Chine, selon le Wall Street Journal de lundi. Le fabricant de l'iPhone aurait éliminé environ 25 000 applications de sa plateforme, selon le journal, qui citait le radiodiffuseur d'État CCTV. Ces applications représenteraient environ 1,4 pour cent du nombre total d'applications de l'App Store en Chine. Dans un reportage au cours de la fin de semaine, CCTV a dit qu'Apple s'est lancée dans le retrait à grande échelle d'applications illégales qui vendaient de faux billets de loterie et offraient des jeux de hasard.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.