Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Le Canada et le Royaume-Uni font partie des six pays qui préparent les premières opérations d'échange de droits d'émission de carbone dans le cadre de l'Accord de Paris sur le changement climatique – un effort pour débloquer jusqu'à 4 milliards $US pour lutter contre le réchauffement de la planète. Ces pays évaluent des projets de réduction des gaz à effet de serre en échange de crédits d'émission de carbone qui peuvent être utilisés pour se mettre en conformité avec les objectifs qu'ils ont fixés dans le cadre d'un accord sous l'égide des Nations unies signé en 2015, selon la Banque mondiale, qui supervise le programme.

Les grandes sociétés pharmaceutiques, de tabac et de produits emballés vont probablement pénétrer le secteur bourgeonnant de la marijuana après les premières tentatives par des sociétés de boissons alcoolisées dont Constellation Brands Inc., Molson Coors Brewing Co. et Heineken NV, selon des experts du secteur. Constellation, le producteur de la bière Corona et du vin Robert Mondavi, a annoncé un investissement de 3,8 milliards $US dans Canopy Growth Corp. mercredi, augmentant sa participation dans la société canadienne de 10 à 38 pour cent. Cette transaction, la plus grande dans ce secteur à ce jour, légitimise d'autant plus un secteur qui devient rapidement celui d'un produit de consommation accepté, offrant un vaste nouveau marché à des sociétés mondiales.

États-Unis

Walmart Inc. a rebondi après un début d'année peu reluisant avec la plus forte augmentation des ventes en plus d'une décennie soutenue par sa branche épicerie, améliorant les perspectives pour le secteur du commerce de détail en général. L'action a bondi dans les opérations avant l'ouverture. Les ventes comparables dans les magasins Walmart américains ont augmenté de 4,5 pour cent au cours des trois mois terminés en juillet, selon un communiqué de la société paru jeudi, soit plus de deux fois plus que ce qu'avaient estimé les analystes. Les ventes de produits d'épicerie ont augmenté le plus en neuf ans grâce à une offre améliorée d'aliments frais, et la croissance des revenus générés sur le Web a accéléré par rapport à la période précédente. Le plus grand détaillant au monde a aussi revu à la hausse ses prévisions pour l'ensemble de l'exercice concernant les ventes comparables et le bénéfice ajusté. Walmart a été avantagé par le regain de confiance des consommateurs et les réductions d'impôts qui ont laissé plus de revenu disponible aux Américains cette année. Les ventes au détail aux États-Unis ont crû plus que prévu en juillet, les consommateurs s'étant rués sur les vêtements et les fournitures scolaires. Mais les investisseurs restent largement sceptiques devant la capacité des détaillants conventionnels à soutenir le rythme de rivaux en ligne comme Amazon.com Inc., ce dont témoigne la plongée des actions de Macy's mercredi malgré l'augmentation des prévisions internes de bénéfice et de vente.

Les tarifs douaniers du président Donald Trump sur l'acier étranger ont fait de la recherche de producteurs américains de ce métal une corvée, selon le patron d'une société de pipelines du Texas. Les aciéries des États-Unis sont débordées, car les entreprises se ruent sur les produits de fabrication américaine et les prix des alliages américains ont grimpé à peu près autant que les droits de douane sur les importations de l'étranger, a dit Phil Mezey, chef de la direction d'EPIC Pipeline LP soutenue par du capital-investissement, dans un entretien.

Les taux de natalité sont au plus bas depuis 30 ans aux États-Unis, mais cela n'empêche pas les magasins de vente en gros et les détaillants en ligne de vouloir s'adjuger une plus grande part du gâteau des vêtements de maternité. Même si le nombre de bébés nés aux États-Unis est descendu une troisième année de suite en 2017, au plus bas depuis trois décennies, bon nombre des grands détaillants du pays, de Target Corp. à Amazon.com Inc., multiplient leurs efforts pour attirer les femmes enceintes. Cela s'explique en partie par le fait que les revenus des personnes qui veulent acheter des vêtements de maternité grimpent, parce que de plus en plus de femmes choisissent d'avoir des enfants après avoir établi une carrière. « Globalement, le revenu disponible par personne augmente, dit Claire O'Connor, analyste de la société d'étude de marché IBISWorld. Par conséquent, les consommateurs n'ont peut-être pas plus d'enfants, mais ils ont plus d'argent à dépenser pour leurs enfants. »

Europe

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a entrepris de renforcer ses alliances en Europe et au Moyen-Orient, soulageant la pression sur la livre battue en brèche, alors que la confrontation entre la Turquie et les États-Unis s'est aggravée. Les efforts pour mobiliser du soutien et renforcer les marchés intérieurs comprenaient une conférence téléphonique entre le ministre turc des Finances Berat Albayrak et des investisseurs internationaux. M. Erdogan devait s'entretenir avec le président français Emmanuel Macron jeudi, au lendemain d'un entretien avec la chancelière allemande Angela Merkel et l'obtention d'un engagement de 15 milliards $US de soutien du Qatar. La livre a grimpé un troisième jour de suite à l'instar d'autres monnaies de marchés émergents après que la Maison-Blanche a dit que de nouveaux tarifs douaniers sur les marchandises turques resteraient en place sans égard à la libération du pasteur américain Andrew Brunson, détenu en Turquie. Pour aider à soutenir la monnaie, la banque centrale turque n'a pas offert de financement par son taux de prise en pension d'une semaine à 17,75 pour cent un quatrième jour de suite, forçant les prêteurs à emprunter au taux de financement à un jour plus élevé de 19,95 pour cent.

Asie

Il est devenu beaucoup plus coûteux de prendre des paris contre le yuan. Le coût des paris baissiers sur la monnaie chinoise, reflété dans les contrats à terme étrangers sur le yuan à 12 mois, a augmenté jeudi plus que jamais depuis janvier 2016, selon les données compilées par Bloomberg. Cela fait suite à la spéculation sur une restriction par la Chine de la capacité des banques de prêter des yuans à l'étranger. Les autorités chinoises essaient de freiner les paris contre le yuan après la dépréciation de 9 pour cent de la monnaie depuis mars, laquelle s'approche du niveau très surveillé de 7 pour un USD. La baisse du taux de change a aidé les exportateurs chinois à absorber le choc de la hausse des tarifs douaniers du président américain Donald Trump, mais les autorités monétaires s'inquiètent de ce qu'une chute désordonnée puisse déclencher des fuites de capitaux et menacer la stabilité financière chinoise.

Les actions indiennes ont chuté, car le dérapage de la roupie à un creux record par rapport au dollar américain a terni les perspectives de croissance des bénéfices des sociétés de la troisième économie d'Asie. L'indice S&P BSE Sensex a reculé de 0,5 pour cent à 37 663,56 à la clôture à Bombay, ce qui représente sa deuxième journée de pertes cette semaine. Les marchés étaient fermés pour cause de jour férié mercredi. Quatorze de 19 sous-indices sectoriels compilés par BSE Ltd. ont battu en retraite, entraînés par les indicateurs des actions des métallurgistes et des biens d'équipement. Kotak Mahindra Bank Ltd. a perdu le plus, cédant 3,6 pour cent, alors que Sun Pharmaceutical Industries Ltd. a augmenté le plus après avoir obtenu le feu vert de la FDA des États-Unis pour un médicament. La roupie indienne a fléchi à la suite d'un rapport gouvernemental qui indiquait un accroissement du déficit commercial du pays au niveau le plus important depuis cinq ans, en partie en raison de l'augmentation de la facture des importations pétrolières.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.