Haut de la page
Tous les articles

Commentaire financier du jour

Canada

Le taux de chômage a baissé de 6 à 5,8 pour cent en juin, au plus bas niveau depuis les années 1970, selon un bulletin de Statistique Canada publié à Ottawa, vendredi. L'économie a créé 54 100 emplois, marquant un deuxième mois de hausse exceptionnellement forte du marché du travail. Alors que la situation était moins rose en juillet – tous les gains représentaient du travail à temps partiel et des emplois concentrés dans le secteur public des services –, le rapport concorde avec une économie robuste qui continue de créer des emplois à un rythme régulier et semble s'approcher de la pleine capacité. L'économie du Canada a ajouté plus de 600 000 nouveaux emplois au cours des deux dernières années – la plupart à temps plein – ce qui fait craindre que le marché du travail du pays ne puisse plus croître beaucoup plus. Le rapport sur l'emploi fait suite à une série d'autres données ces dernières semaines qui démontrent que l'économie canadienne reste vigoureuse, mais pourrait bientôt se heurter à des contraintes de capacité. La Banque du Canada a déjà haussé les taux d'intérêt quatre fois depuis l'an dernier pour temporiser la croissance et maintenir l'inflation sous contrôle, et on s'attend à ce qu'elle donne un tour de vis de plus cette année.

États-Unis

Les prix de l'or ont touché un creux inégalé depuis 17 mois lundi, écrasés par les obligations du Trésor américain et l'USD car les investisseurs cherchaient à se mettre à l'abri d'un revers des marchés financiers déclenché par l'effondrement de la livre turque. Les investisseurs utilisent traditionnellement l'or pour préserver la valeur de leurs avoirs pendant les périodes d'incertitude politique et économique ou d'inflation. Mais cela ne leur a pas profité cette année, car les investisseurs se sont précipités sur les obligations du Trésor américain, qui sont considérées comme le rempart ultime, ce qui a eu pour effet de leur faire acheter des USD. La hausse de la monnaie américaine a aussi rendu les actifs en USD plus chers pour les détenteurs d'autres devises, ce qui réduit la demande – une relation utilisée par des fonds pour générer des signaux d'achat ou de vente par leurs modèles numériques.

Europe

Le président Tayyip Erdogan a dit lundi qu'il s'attendait à ce que les attaques contre l'économie turque continuent, mais a prédit que la livre reviendrait bientôt à des niveaux rationnels après que la monnaie de la Turquie a atteint un creux record de plus de 7 pour un USD. M. Erdogan, qui voit dans la chute de la livre les conséquences d'un complot plutôt que des caractéristiques économiques fondamentales, a aussi ajouté que répandre de fausses informations au sujet de l'économie équivalait à une trahison et que les récentes mesures des États-Unis représentaient un coup de poignard dans le dos d'Ankara. Les banques européennes ont entraîné des actions à la baisse lundi alors que la crise économique croissante en Turquie ébranlait la confiance des investisseurs dans les prêteurs exposés à ce pays; par ailleurs, le groupe pharmaceutique Bayer a sombré de 11 pour cent parce que sa filiale Monsanto a perdu un procès clé.

Asie

L'indice Nikkei du Japon a chuté de 2 pour cent au plus bas depuis cinq semaines lundi, car une liquidation de monnaies des marchés émergents a effrayé les investisseurs boursiers, et l'appréciation du yen, une valeur refuge, a sapé la confiance et tiré l'ensemble du marché vers le bas. Les actions du secteur des matières premières ont laissé à désirer sous l'effet de craintes pour les économies des marchés émergents quand le rand sud-africain a chuté de plus de 10 pour cent par rapport à l'USD, la chute massive de la livre turque ayant engendré une liquidation d'autres monnaies. La moyenne du Nikkei a baissé de 440,65 points à 21 857,43, le plus bas cours de clôture depuis le 6 juillet.

Tous les articles

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille

Michel Doucet

Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.

Ces articles sont transmis uniquement à titre de renseignement. Les placements doivent être sélectionnés en fonction des objectifs de chaque investisseur. Desjardins Courtage en ligne n'émet aucune recommandation quant à un produit, à la pertinence ou à la valeur potentielle d'un placement donné, ou à une stratégie spécifique. Les opinions émises dans les articles sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de Desjardins Courtage en ligne.