Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Suncor Energy Inc., le plus grand producteur de pétrole du Canada par sa capitalisation boursière, a abaissé la borne supérieure de son objectif de production pour l'année alors qu'elle s'efforce de remettre en service son installation clé de Syncrude après une panne de courant qui a arrêté l'établissement le mois dernier. La production de cette année s'élèvera à 740 000 à 750 000 barils équivalents pétrole par jour, a dit la société de Calgary mercredi. Suncor prévoyait une production de 740 000 à 780 000 barils le 1er mai.

Les représentants mexicains et canadiens sont optimistes, pensant pouvoir conclure une entente sur l'ALENA avec les États-Unis au cours des prochains mois, malgré les points d'achoppement concernant la production de voitures, une clause d'expiration automatique et les menaces du président Donald Trump d'imposer des tarifs douaniers sur les véhicules étrangers. Les pays s'efforceront de parvenir à un accord avant les élections de mi-mandat aux États-Unis au début de novembre, a dit le ministre de l'Économie mexicain, Ildefonso Guajardo, mercredi où il a reçu, avec le ministre des Affaires étrangères, Luis Videgaray, son homologue canadienne, Chrystia Freeland à Mexico. Si une partie des négociations se déroulent sous forme de rencontres entre deux pays seulement, et alors que les États-Unis ont exprimé leur préférence pour les accords bilatéraux, le Mexique et le Canada restent déterminés à conclure un accord trilatéral, ont-ils dit.

États-Unis

Les scandales de Facebook affectent enfin la société là où cela fait mal : sa croissance. Mercredi, FB a déclaré un chiffre d'affaires et des statistiques de croissance des utilisateurs qui étaient inférieurs aux projections. Les actions de la société ont plongé de 24 pour cent après la fermeture des marchés, faisant baisser sa capitalisation boursière de 151 milliards $US à un moment donné. Si la liquidation atteint ces niveaux en cours de séance jeudi, cela représentera le plus important effondrement de valeur d'une société américaine en bourse en un jour.

Les dépenses totales effectuées par le réseau Visa ont progressé de 11 pour cent à 2 100 milliards $US au cours du trimestre, dépassant tout juste la moyenne de 2 090 milliards $US des estimations des analystes compilées par Bloomberg. Cela a aidé à faire monter les revenus à 5,2 milliards $US, soit une hausse de 15 pour cent par rapport à l'année précédente, dépassant les estimations de 5,09 milliards $US. Visa a réduit ses prévisions du taux de croissance du bénéfice par action sur l'ensemble de l'année à 55 à 60 pour cent comparativement à sa prévision antérieure de 60 à 65 pour cent. Sur une base rajustée, qui exclut les coûts ponctuels, la société s'attend maintenant à une hausse des profits de l'ordre de 30 à 35 pour cent comparativement à sa projection antérieure de 25 à 30 pour cent.

Qualcomm a annulé son offre d'achat de 44 milliards $ sur sa rivale fabricant des puces informatiques, NXP Semiconductors, car les autorités de réglementation chinoises n'ont pas approuvé la plus importante transaction à ce jour dans le secteur des microplaquettes. L'OPA avortée est peut-être le dégât le plus remarquable du conflit commercial entre la Chine et les États-Unis. La société américaine devra payer 2 milliards $US à NXP, racheter pour 30 milliards $US d'actions afin d'apaiser les investisseurs et rajuster sa stratégie alors qu'elle essaie de réduire sa dépendance à l'égard du marché des téléphones intelligents en perte de vitesse, où elle se heurte à davantage de concurrence et de batailles juridiques avec les clients. Qualcomm a aussi fait état d'un chiffre d'affaires supérieur aux projections et présenté des prévisions de revenu optimistes pour le quatrième trimestre, susceptibles de ramener l'attention des investisseurs vers la force de son activité principale.

Europe

L'Union européenne semble avoir remporté un important cessez-le-feu dans la guerre commerciale avec les États-Unis à peu de frais – du moins à court terme. En échange d'un engagement du président américain Donald Trump de suspendre sa menace de surtaxer les voitures européennes, l'UE a ressorti la proposition de renforcement des liens économiques transatlantiques et ajouté la volonté d'acheter davantage de soja américain. La principale question concerne la faisabilité pour l'UE du reste de l'entente : un objectif d'importation de plus de gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis. Cela a des conséquences stratégiques pour le bloc en général et pour l'Allemagne en particulier alors que l'Europe cherche à réduire sa dépendance à l'égard du gaz naturel russe.

Royal Dutch Shell Plc a enfin accordé à ses investisseurs les rachats d'actions qu'ils réclamaient, même si le bénéfice était inférieur aux attentes, malgré la résurgence des prix du brut. Le producteur d'énergie anglo-néerlandais a annoncé jeudi le lancement d'un programme de rachat d'actions de 25 milliards $, en commençant par un rachat de 2 milliards $ d'actions sur trois mois.

Asie

La Chine a fait un pas de plus pour soulager la pression de sa campagne de désendettement, alors que les autorités essaient d'atténuer les risques de plus en plus grands pour l'économie d'une guerre commerciale avec les États-Unis. La Banque populaire de Chine a dit à quelques banques mercredi qu'une exigence spécifique de réserve de fonds propres sera assouplie pour soutenir l'activité de prêt, selon une personne bien informée du dossier. Le changement est adopté pour aider les institutions financières à satisfaire efficacement les demandes de crédit, selon ces interlocuteurs, qui ont revendiqué l'anonymat, parce que les directives ne sont pas publiques.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.