Haut de la page
Tous les articles

Commentaire financier du jour

Canada

Stephen Poloz a une tâche difficile. Alors que l'inflation dépasse déjà la cible de 2 pour cent de la banque centrale et continue de monter et que les conditions financières sont très détendues, il doit maîtriser les pressions des salaires et des prix. Mais en même temps, intervenir trop tôt ou trop fort pourrait déclencher par inadvertance un ralentissement, en partie dû à une hausse du dollar canadien, à un moment où l'économie est exposée à de multiples risques.

États-Unis

L'administration Trump a publié mardi une liste de marchandises chinoises, à hauteur de 200 milliards $US, auxquelles s'appliqueront des droits de douane de 10 pour cent, donnant suite aux récentes menaces du président de hausser d'un cran la guerre commerciale avec Pékin qui prend de l'ampleur. « Le chiffre de 200 milliards $ que nous visons est sensiblement égal à leurs exportations chez nous », a dit un membre haut placé de l'administration. Les tarifs douaniers n'entreront pas en vigueur immédiatement, mais feront l'objet d'un processus de révision de deux mois, avec des audiences prévues du 20 au 23 août. Certains des produits de la liste font partie des secteurs visés par le projet Made in China 2025, ont-ils ajouté. Made in China 2025 est un plan stratégique en vue de faire de la Chine un chef de file dans des industries mondiales clés, notamment dans le secteur de la technologie.

Europe

Les actions européennes ont fortement baissé mercredi matin après le dévoilement par les autorités américaines d'une nouvelle liste de produits chinois susceptibles d'être taxés. L'indice paneuropéen Stoxx 600 était en baisse de 1,14 pour cent, tous les secteurs affichant un résultat négatif. Les ressources naturelles de base ont écopé le plus, accusant une baisse de plus de 3 pour cent, à la suite de la recrudescence des craintes d'une guerre commerciale.

Asie

L'indice Nikkei du Japon a mis fin à une séquence de trois séances de hausse mercredi après l'annonce par les États-Unis de l'imposition de tarifs douaniers sur 200 milliards $US de marchandises chinoises de plus, affectant gravement les sociétés de transport maritime et les fabricants de machines. L'indice Nikkei a subi un recul de 1,2 pour cent à 21 932,21, étant redescendu d'un sommet inégalé depuis deux semaines et demie atteint la veille après trois séances gagnantes de suite. Washington a décidé d'imposer les droits de douane supplémentaires après l'échec de la recherche d'une solution négociée au différend commercial, selon des représentants haut placés de l'administration américaine.

Tous les articles

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille

Michel Doucet

Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.

Ces articles sont transmis uniquement à titre de renseignement. Les placements doivent être sélectionnés en fonction des objectifs de chaque investisseur. Desjardins Courtage en ligne n'émet aucune recommandation quant à un produit, à la pertinence ou à la valeur potentielle d'un placement donné, ou à une stratégie spécifique. Les opinions émises dans les articles sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de Desjardins Courtage en ligne.