Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Statistique Canada a annoncé vendredi que le PIB a augmenté de 0,1 pour cent par rapport à mars, ce qui marque la septième expansion de l'économie au cours des huit derniers mois. Les analystes sondés par Reuters ne prévoyaient aucun changement. Par ailleurs, un rapport de la Banque du Canada a fait état d'un optimisme généralisé des entreprises du pays au cours du trimestre, les sociétés relevant de fortes pressions sur leurs capacités et les prix, en même temps que des pénuries de main-d'œuvre, à cause de la vigueur de la demande. Ensemble, les deux rapports renforcent les attentes du marché d'une quatrième hausse des taux d'intérêt en douze mois par la banque centrale en juillet. Les probabilités d'une hausse des taux d'intérêt le 11 juillet ont bondi de 67 pour cent à près de 80 pour cent, selon le marché des swaps indexés sur le taux à un jour.

États-Unis

PepsiCo a déclaré mardi des résultats pour le deuxième trimestre qui ont dépassé les attentes des analystes, grâce notamment à la vigueur de sa division Frito Lay qui ne se dément pas. Le secteur des collations de la société, qui comprend des marques telles que Doritos et Tostitos, a crû de 4 pour cent. L'unité nord-américaine des boissons, avec des marques telles que Gatorade et Pepsi, a reculé de 1 pour cent, ce qui n'en demeure pas moins une amélioration par rapport aux trimestres précédents. Les actions de Pepsi étaient en hausse de près de 2 pour cent avant l'ouverture du marché. Sur l'ensemble du trimestre, le bénéfice net de Pepsi a chuté à 1,82 milliard $US, à 1,28 $US par action, comparativement à 2,11 milliards $US, ou 1,46 $US par action, un an plus tôt. Sans les éléments extraordinaires, la société a rapporté 1,61 $US par action, ce qui est mieux que prévu. Le chiffre d'affaires total a augmenté de 2,4 pour cent à 16,09 milliards $US, dépassant les estimations qui étaient de 16,04 milliards $US.

Morgan Stanley a rétrogradé les actions du secteur de la technologie de neutre à sous-pondérer lundi, invoquant la prévision d'un virage défensif du marché. Les secteurs cycliques tels que la technologie et la consommation discrétionnaire tendent à être plus performants pendant les périodes de croissance, quand les investisseurs sont plus disposés à prendre des risques. Le stratège boursier en chef de Morgan Stanley, Michael Wilson, et son équipe ont dit qu'il était temps pour ces secteurs de haut vol de laisser la place aux secteurs défensifs tels que les services publics, dont l'activité est moins affectée par les fluctuations de la croissance économique. Le secteur de la technologie est le plus performant des groupes de l'indice S&P 500 depuis le début de l'année, ayant grimpé de 12,5 pour cent.

Europe

L'indice paneuropéen Euro Stoxx 600 était en hausse de 0,24 pour cent dans les opérations de fin de matinée, les principales bourses affichant des résultats positifs. Les actions du secteur du pétrole et du gaz caracolaient en tête, puisque ces matières premières continuaient de grimper, aujourd'hui. Les titres de Tullow Oil et Lundin Petroleum affichaient les meilleurs résultats de l'indice. Des révisions à la hausse des recommandations des analystes ont aussi aidé les actions européennes, Airbus, Atos et Hugo Boss ayant tous grimpé après des notes positives des banques d'investissement.

Asie

Le constructeur automobile américain Tesla a haussé le prix de ses voitures Model X et S d'environ 20 pour cent en Chine, ce qui en fait le premier constructeur automobile à augmenter les prix sur le plus grand marché automobile du monde en réaction à la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Cette décision est aussi une première indication du taux de hausse des tarifs douaniers chinois sur certaines importations en provenance des États-Unis chez les concessionnaires; d'autres constructeurs lui emboîteront sans doute le pas ou transféreront une plus grande partie de leur production en Chine. Les tarifs douaniers comprimeront les marges de Tesla et d'autres constructeurs automobiles qui fabriquent aux États-Unis et expédient leurs véhicules en Chine, alors qu'ils ont parié de plus en plus sur le plus grand marché automobile du monde pour accroître leurs profits.

La moyenne des actions Nikkei du Japon est au plus haut depuis une semaine et demie aujourd'hui, l'annonce de rachats d'entreprises ayant ajouté à la solide performance de Wall Street − les raffineurs de pétrole Idemitsu Kosan et Showa Sekiyu ont bondi après l'annonce d'une entente de fusion en avril 2019. Les actions des deux sociétés ont augmenté de 12,6 pour cent et de 9,7 pour cent, respectivement, après l'annonce. Ces entreprises comptent fusionner avec un échange d'actions, et Showa Shell sera retirée de la cote le 29 mars. Yahoo Japan était aussi sous les feux de la rampe, bondissant de 11 pour cent après la parution d'une information selon laquelle SoftBank Group achèterait pour environ 2 milliards $US de ses actions par l'entremise d'une filiale. Le Nikkei a clôturé en hausse de 0,7 pour cent à 22 196,89, son niveau de clôture le plus élevé depuis le 29 juin.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.