Haut de la page
Tous les articles

Commentaire financier du jour

Canada

Brookfield Property Partners LP a entrepris des discussions en vue d'acheter Waterside Plaza dans le quartier East Side de Manhattan au prix d'environ 600 millions $US, selon des personnes bien informées du sujet.

L'avantage de Bombardier Inc. sur sa rivale de toujours, Embraer SA, n'a pas duré longtemps. Quatre jours après la conclusion du partenariat de l'avionneur canadien avec Airbus SE, Embraer a annoncé la formation d'une entreprise en participation avec Boeing Co., ce qui assure aux deux constructeurs de jets régionaux des partenaires disposant de vastes ressources dans leur bataille à l'extrémité inférieure du marché des avions commerciaux.

Le Canada a choisi un consortium dirigé par des sociétés de construction américaines et espagnole pour construire un important nouveau pont reliant Windsor à Detroit. Un groupe composé d'Actividades de Construccion y Servicios SA de Madrid, de Fluor Corp. du Texas et d'AECOM de Californie, ou de leurs filiales, a été retenu jeudi comme promoteur « préféré » pour le projet de corridor Windsor-Detroit, une artère clé pour le commerce entre le Canada et les États-Unis. L'Autorité du pont Windsor-Detroit, une société d'État canadienne, a dit qu'il reste des étapes importantes à franchir avant que la construction du Pont international Gordie-Howe puisse commencer. Les détails financiers, les coûts et le calendrier de construction, par exemple, doivent être publiés en septembre. L'autorité du pont n'a pas précisé la valeur du marché, mais le projet avait auparavant été évalué à environ 4 milliards $. Le promoteur choisi l'a emporté sur deux autres soumissionnaires : le Groupe SNC-Lavalin de Montréal et un autre groupe comprenant EllisDon Inc. d'Ottawa.

États-Unis

Le président américain Donald Trump a frappé le plus grand coup dans la guerre commerciale mondiale à ce jour en imposant des tarifs douaniers sur 34 milliards $US de marchandises importées de Chine. La Chine a rétorqué. Les droits de douane sur les produits chinois ont commencé à 00 h 01 vendredi à Washington, juste après la mi-journée en Chine. Une deuxième vague portant sur 16 milliards $US de marchandises pourrait suivre dans deux semaines, a dit M. Trump un peu plus tôt à des journalistes, avant de laisser entendre que le total pourrait finir par atteindre 550 milliards $US, un chiffre qui est supérieur à la totalité des importations de marchandises de Chine aux États-Unis en 2017.

Un médicament contre la maladie d'Alzheimer de Biogen Inc. et d'Eisai Co. très surveillé a donné des résultats positifs dans un vaste essai clinique, faisant monter les actions de la société pharmaceutique américaine et de son partenaire japonais.

Europe

La ministre allemande de la Défense s'en est prise à la double attaque de Donald Trump contre le commerce international et les dépenses européennes consacrées à la défense avant le sommet de l'OTAN en disant que lier les deux sujets est « immature ».

La chancelière allemande, Angela Merkel, a obtenu l'adhésion du Parti social-démocrate, membre de sa coalition de gouvernement, à un accord sur la politique migratoire qui a évité l'éclatement de son propre bloc politique.

Asie

Nous ne sommes peut-être qu'en juillet, mais Noël approche à grands pas pour les détaillants américains – et la menace d'une escalade de la guerre commerciale avec la Chine fait de plus en plus craindre à des secteurs qui avaient jusque-là été épargnés que leurs marchandises soient les prochaines qui seront ajoutées à la liste noire. La menace du président Donald Trump d'imposer des tarifs douaniers sur au moins 200 milliards $US de plus de marchandises en provenance de Chine – en plus des 34 milliards $ de biens pour lesquels les droits de douane sont entrés en vigueur vendredi – fait monter la crainte que la saison des achats des fêtes de fin d'année, si importante, soit une victime de la bataille avec le plus grand partenaire commercial de l'Amérique.

Tous les articles

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille

Michel Doucet

Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.

Ces articles sont transmis uniquement à titre de renseignement. Les placements doivent être sélectionnés en fonction des objectifs de chaque investisseur. Desjardins Courtage en ligne n'émet aucune recommandation quant à un produit, à la pertinence ou à la valeur potentielle d'un placement donné, ou à une stratégie spécifique. Les opinions émises dans les articles sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de Desjardins Courtage en ligne.