Haut de la page
Tous les articles

Commentaire financier du jour

Canada

Le coup de froid qui s'est abattu sur certains secteurs du marché immobilier résidentiel de Toronto pourrait bientôt atteindre l'un des secteurs les plus chauds : les condominiums. Des signes d'un ralentissement sont observés depuis que de nouvelles règles rendent plus difficile un emprunt hypothécaire et que les coûts d'emprunt sont à la hausse pour la première fois depuis près d'une décennie. Voilà de quoi réduire l'attrait des condos de Toronto, dont le prix moyen dépasse désormais 560 000 $CAN (420 000 $US). Les appartements se vendent plus lentement et, dans certains secteurs, les promoteurs offrent des incitations financières pour mousser les ventes.

La Banque Royale du Canada perd du terrain face à sa principale rivale, la Banque Toronto-Dominion, dont le cours a atteint un sommet mercredi. Le rendement du titre de la Banque Toronto-Dominion a été plus du double de celui de sa concurrente canadien l'année dernière, ce qui a fait disparaître la prime que l'action de la Banque Royale a commandée pendant la majeure partie d'une décennie.

États-Unis

Certains représentants de la Maison-Blanche tentent de relancer les pourparlers avec la Chine pour éviter une guerre commerciale avant la prise d'effet des droits de douane des États-Unis sur des produits chinois le 6 juillet, ont déclaré trois personnes au courant de ce projet, en lutte avec d'autres membres de l'administration qui privilégient la ligne dure. Le personnel du National Economic Council a pris contact avec d'anciens représentants américains et d'experts chinois ces derniers jours pour évaluer les chances de pourparlers à un haut niveau au cours de la prochaine quinzaine, ont confié des personnes sous le couvert de l'anonymat, pour sonder le terrain. L'une des idées avancées par le personnel du NEC est d'inviter le vice-président chinois, Wang Qishan, avant la date butoir de l'imposition des droits de douane, ont-elles déclaré.

Europe

Les droits de douane imposés par l'Union européenne sur des produits américains en guise de représailles sont entrés en vigueur vendredi, la dernière salve de ce qui ressemble de plus en plus à une guerre commerciale mondiale. L'UE, le plus important groupe commercial du monde, a imposé des droits de douane de 2,8 milliards d'euros (3,3 milliards $US) sur des produits américains en riposte aux droits des États-Unis sur des exportations d'acier et d'aluminium imposés pour des raisons de sécurité nationale.

La reprise tant attendue de la croissance de la zone euro pourrait bien avoir commencé finalement. Un indice de la mesure de l'activité du secteur privé a bondi de façon inattendue en juin, indiquant que l'économie prend de la vitesse après avoir connu un lent démarrage cette année. Avec la montée de la production des deux principales économies du bloc, l'Allemagne et la France, les chiffres semblent confirmer la prédiction de la Banque centrale européenne d'un rebond, même si celui-ci se produit plus tard que prévu.

Asie

L'inflation n'a pas atteint la moitié de l'objectif de 2 pour cent fixé par la Banque du Japon, le taux s'étant maintenu à 0,7 pour cent après deux mois de baisse. Le gouverneur de la BdJ, Haruhiko Kuroda, a de nouveau la tâche d'expliquer pourquoi l'inflation est si faible – et pourquoi il pense que cette faiblesse n'est que temporaire, après avoir adopté depuis plus de cinq ans les mesures de stimulation monétaire les plus radicales qui soient. Il se trouve en outre déphasé par rapport à ses homologues dans le monde qui sont sur la voie de normaliser leur politique.

Tous les articles

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille

Michel Doucet

Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.

Ces articles sont transmis uniquement à titre de renseignement. Les placements doivent être sélectionnés en fonction des objectifs de chaque investisseur. Desjardins Courtage en ligne n'émet aucune recommandation quant à un produit, à la pertinence ou à la valeur potentielle d'un placement donné, ou à une stratégie spécifique. Les opinions émises dans les articles sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de Desjardins Courtage en ligne.