Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Les vendeurs à découvert sont de plus en plus nombreux à parier que la Banque du Canada assouplira sa position suite aux tensions commerciales aggravées qui ébranlent la confiance des marchés à l'égard d'éventuelles hausses des taux d'intérêt. La probabilité de voir la BdC hausser ses taux diminue au fur et à mesure que les négociations de l'Accord de libre échange nord-américain deviennent de plus en plus tendues. Le président Donald Trump a déclaré encore mardi que les États-Unis avaient été « traités de façon horrible » par leur voisin du Nord. Quant aux relations commerciales entre les États-Unis et la Chine, elles ne vont guère mieux, Pékin menaçant Washington de représailles si les États-Unis donnent suite à leur promesse d'imposer des droits de douane sur 200 milliards $US de plus de biens chinois. La crainte que suscite l'escalade des tensions commerciales pourrait ralentir la poussée des taux d'intérêt par la Banque du Canada, selon la Banque Canadienne Impériale de Commerce.

Les Canadiens mécontents de l'évolution des relations avec les États-Unis pourraient faire parler leurs portefeuilles, a déclaré le premier ministre Justin Trudeau. Interrogé mercredi sur un éventuel boycottage de biens américains ou de renoncement à des voyages au sud de la frontière après que l'administration Trump a imposé des droits de douane sur l'acier et l'aluminium, le dirigeant canadien a dit laisser chacun libre de sa décision. Une campagne de boycottage des États-Unis couve depuis que Donald Trump et ses conseillers s'en sont pris à M. Trudeau après le sommet du Groupe des sept plus tôt ce mois-ci. Le premier ministre a déclaré aux journalistes ne pas avoir parlé au président américain depuis.

États-Unis

Les principales banques centrales du monde ont prévenu que l'escalade des tensions commerciales internationales apeure les entreprises et menacent l'expansion économique à l'échelle mondiale. « Les changements dans la politique commerciale pourraient nous amener à revoir nos prévisions », a déclaré le président de la Réserve fédérale Jerome Powell à l'occasion d'une table ronde à une conférence de la Banque centrale européenne à Sintra, au Portugal. « Pour la première fois, nous entendons parler de la décision de reporter des investissements, de reporter l'embauche de personnel. » Son sentiment était partagé, lors de cet événement mercredi, par le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, le président de la BCE, Mario Draghi, et le gouverneur de la Banque de réserve d'Australie, Philip Lowe. Ces quatre banques centrales fixent la politique monétaire depuis plus d'un tiers de l'économie mondiale.

Le président Donald Trump est revenu sur sa décision de séparer les enfants des parents immigrants qui traversent la frontière des États-Unis illégalement, en signant un ordre exécutif mercredi qui mettra fin à cette pratique, a-t-il dit. Cet ordre enjoint la Secrétaire à la Sécurité intérieure des États-Unis, Kirstjen Nielsen, de détenir les familles ensemble lorsqu'elles sont appréhendées après avoir traversé la frontière et autorise l'hébergement des immigrants dans des bases militaires. Cette directive pourrait contrevenir à la décision des tribunaux de 1997 et à la loi de 2008 qui requièrent une gestion particulière des enfants immigrants.

Europe

La livre anglaise s'est dépréciée par rapport au dollar pour un quatrième jour de suite, pour atteindre un creux inégalé depuis sept mois avant l'annonce de la politique monétaire de la Banque d'Angleterre plus tard dans la journée. La livre sterling a cédé un pour cent cette semaine, après en avoir perdu autant les cinq jours précédents, plombée par les turbulences politiques au Royaume-Uni et la vigueur générale du dollar. Il serait surprenant que la Banque d'Angleterre hausse les taux d'intérêt ce jeudi, mais les marchés chercheront à déceler l'orientation de sa politique pour déterminer si une hausse des taux en août demeure une possibilité.

Asie

La guerre commerciale mondiale s'est aggravée mardi lorsque la Chine a répété qu'elle ripostera si les dernières menaces tarifaires de Donald Trump se concrétisent, tandis que l'Inde suivait l'Union européenne dans l'imposition de droits de douane sur des biens américains en guise de représailles. La Chine se tient prête à répondre à une nouvelle liste de tarifs des États-Unis, selon un représentant du ministère du Commerce, qui a déclaré que le pays aura recours à une combinaison de mesures quantitatives et qualitatives. M. Trump a ordonné, lundi en soirée, de trouver pour 200 milliards $US d'importations chinoises pouvant faire l'objet de droits de douane supplémentaires de 10 pour cent et de 200 milliards $US de plus si Pékin devait riposter.

Le gouverneur de la Banque du Japon, M. Kuroda, a appuyé un appel du gouvernement nippon aux employeurs de hausser les salaires de 3 pour cent par an, ce qui est nettement supérieur au rythme actuel, pour aider la banque centrale à atteindre sa cible en matière d'inflation. La demande du gouvernement est « tout à fait pertinente », a déclaré M. Kuroda mercredi à l'occasion d'une table ronde au forum de la Banque centrale européenne à Sintra, au Portugal. Bien que le rythme des hausses se soit accéléré cette année, les hausses salariales au Japon demeurent insuffisantes pour que la banque centrale puisse espérer une hausse des prix de 2 pour cent comme elle le souhaite. Le gouvernement demande des hausses salariales depuis cinq ans, et insiste pour une augmentation de 3 pour cent dans le cadre d'une « offensive du printemps ».

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.