Haut de la page
Tous les articles

Commentaire financier du jour

Canada

L'OPEP et ses alliés envisagent d'augmenter leur production de 300 000 à 600 000 barils par jour dans les prochains mois, selon des personnes au courant de leurs pourparlers. Le prix du pétrole a comblé une partie de son repli après la publication du rapport de Bloomberg News, la hausse de la production ayant été nettement inférieure à celle de 1,5 million barils par jour proposée par le ministre russe de l'Énergie, Alexander Novak, la semaine dernière. L'Iran, le Venezuela et l'Irak sont opposés à toute augmentation de la production, a fait savoir le représentant de l'Iran à l'OPEP, Hossein Kazempour Ardebili, ce dimanche. Des discussions sont par ailleurs en cours pour que la Russie devienne un membre permanent des pays exportateurs de pétrole. Le baril de West Texas Intermediate à livrer en juillet cotait à 64,78 $ à 5 h 45 HE.

États-Unis

Les observateurs sont de plus en plus convaincus que le différend commercial entre les États-Unis et la Chine se dirige vers une guerre d'usure, aucune partie n'ayant l'intention de céder à la pression de l'autre. « Le pays qui remporte une guerre commerciale est celui qui peut endurer la douleur le plus longtemps», a déclaré Andrew Polk, cofondateur du centre de recherche Trivium China à Pékin, ajoutant que la Chine « croit pouvoir survivre plus longtemps à ce jeu », car elle n'a pas à se préoccuper d'élections. Comme le président Donald Trump est incité à calmer sa base en prévision des élections de mi mandat de novembre, le président Xi Jinping est déterminé à suivre son plan pour faire de la Chine un des leaders mondiaux en technologie, et aucune des parties ne veut avoir l'odieux d'être la première à faire un compromis, une hausse sensible des tensions restant sans doute la chose la plus probable.

Europe

La chancelière allemande, Angela Merkel, voit sa position menacée par un membre de la coalition gouvernementale, le parti de l'Union chrétienne sociale, au sujet de la politique d'immigration. Le CSU accorde à la chancelière deux semaines pour réviser la politique du pays concernant le droit d'asile, selon ce que les médias locaux rapportent, tandis que la chancelière s'efforce de trouver une solution à ce problème épineux à l'échelle de l'Union européenne. Les dissensions internes risquent de miner l'influence de l'Allemagne au sommet de l'Union européenne ce mois-ci, où l'immigration et le dossier du Brexit seront à l'ordre du jour.

Asie

La marée descendante fait baisser tous les bateaux, dit-on. Au milieu d'un exode hors des pays émergents, les investisseurs se retirent même des économies asiatiques offrant de solides perspectives de croissance et de financement par emprunts. Les fonds étrangers délaissent six importants marchés boursiers émergents d'Asie à un rythme inégalé depuis la crise financière mondiale de 2008 – 19 milliards $US ayant été sortis d'Inde, d'Indonésie, des Philippines, de la Corée du Sud, de Taïwan et de Thaïlande depuis le début de l'année, selon les données colligées par Bloomberg.

Tous les articles

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille

Michel Doucet

Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.

Ces articles sont transmis uniquement à titre de renseignement. Les placements doivent être sélectionnés en fonction des objectifs de chaque investisseur. Desjardins Courtage en ligne n'émet aucune recommandation quant à un produit, à la pertinence ou à la valeur potentielle d'un placement donné, ou à une stratégie spécifique. Les opinions émises dans les articles sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de Desjardins Courtage en ligne.