Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

La Banque Royale du Canada a lancé une vague d'initiatives technologiques pour contrer une source d'angoisse pour ses dirigeants : il n'y a pas assez de personnes qui changent de banque pour essayer ses offres. RBC compte dépenser 3,2 milliards $ en technologie cette année – notamment en intelligence artificielle, produits numériques et médias sociaux –dans un effort pour attirer plus de 2,5 millions de nouveaux clients canadiens d'ici 2023, a dit la banque lors d'une journée des investisseurs.

L'Office d'investissement du Régime de pensions du Canada est passé au vert en grande pompe. La caisse, qui a la meilleure note de solvabilité des trois principales agences de notation, a lancé pour 1,5 milliard $ d'obligations vertes mercredi dans ce qu'elle a qualifié de « première pour une caisse de retraite » au monde. Celle-ci représentait aussi une taille record en une seule émission d'obligations vertes au Canada, selon les données de Bloomberg. Les obligations de 10 ans, vendues par l'entremise de CPPIB Capital Inc., ont été émises à un écart de 71 points de base sur des obligations fédérales de durée similaire et offrent un coupon de 3 pour cent. Elles ont trouvé 79 preneurs et la demande a atteint 2,7 milliards $, selon un communiqué de l'OIRPC.

États-Unis

Après une OPA de Comcast Corp. pour 65 milliards $US mercredi sur les actifs de divertissement de 21st Century Fox Inc. – les mêmes actifs que Walt Disney Co. s'était engagée à acheter pour environ 52,4 milliards $US –, la maison de Mickey est sous pression pour réagir.

Le ministre du Pétrole d'Arabie saoudite a dit qu'il est « inévitable » que l'OPEP et ses alliés s'entendent pour augmenter graduellement la production de pétrole, donnant le signal le plus clair à ce jour que le cartel soulagera les prix actuellement élevés pour les consommateurs.

Europe

Les actions européennes ont chuté avant l'ouverture de la séance, faisant écho à une baisse de Wall Street après que la Réserve fédérale s'est montrée plus ferme dans son communiqué sur la politique monétaire, alors que les investisseurs tournaient leur attention vers la Banque centrale européenne, qui doit faire la lumière sur son programme d'achat d'actifs.

Unilever a présenté des perspectives en demi-teintes pour ses ventes et dit qu'il est « extrêmement peu probable » qu'elle reste dans l'indice de référence FTSE 100 du Royaume-Uni vu que la société consolide son siège social aux Pays-Bas. Le géant des biens de consommation a dit que la croissance des ventes au premier semestre sera probablement inférieure à la prévision pour l'ensemble de l'exercice de 3 à 5 pour cent.

Asie

L'économie de la Chine a déçu les attentes et sa banque centrale a choisi de ne pas suivre la Réserve fédérale américaine dans la hausse des coûts d'emprunt, ajoutant une nouvelle incitation à la prudence pour les prévisions de la croissance mondiale alors que les tensions commerciales avec les États-Unis montent.

Les actions japonaises ont reculé, emboîtant le pas aux actions américaines après que la Réserve fédérale s'est montrée plus ferme que prévu à sa réunion de politique monétaire et alors que les craintes pour le commerce mondial ont refait surface. Les titres électroniques ont le plus plombé l'indice Topix et le yen a remonté par rapport au dollar américain.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.