Haut de la page
Tous les articles

Commentaire financier du jour

Canada

Le dollar canadien a chuté par rapport à toutes les autres grandes devises après que le président américain, Donald Trump, a retiré son soutien au communiqué du G7 et a critiqué le chef de gouvernement de son voisin, Justin Trudeau.

L'Office d'investissement du Régime de pensions du Canada prévoit d'émettre des obligations vertes en dollars canadiens pour la première fois, s'ajoutant à une liste croissante d'emprunteurs qui vendent ces titres pour financer des investissements favorables à l'environnement. « L'émission d'obligations vertes est la suite logique de la stratégie de l'OIRPC à l'égard des changements climatiques, et nous sommes heureux de jouer un rôle de pionniers sur ce plan dans le milieu des caisses de retraite », a affirmé Poul Winslow, directeur général et chef mondial, Marchés financiers et placements factoriels, dans un communiqué paru aujourd'hui. « Les capitaux réunis nous aideront à réaliser de solides placements de longue durée dans des actifs "verts" admissibles qui favoriseront le succès de la caisse à long terme. »

Quand l'Ontario a élu son nouveau premier ministre jeudi, le prix du carbone en Californie a chuté. Pourquoi? Parce que la province canadienne et la Californie ont un marché du carbone conjoint si bien qu'un crédit carbone négocié en Ontario est essentiellement le même qu'un crédit carbone négocié dans le Golden State. Or, Doug Ford, le nouveau premier ministre de l'Ontario a promis de mettre fin au programme local, ce qui romprait les liens avec le marché californien.

États-Unis

Les États-Unis prévoient de maintenir les sanctions économiques en place jusqu'à ce que la Corée du Nord élimine ses capacités d'armement nucléaire, mais sont prêts à offrir des garanties « uniques » pour soulager les craintes du régime en matière de sécurité, selon le secrétaire d'État Mike Pompeo.

Les négociateurs d'obligations ont une voie toute tracée devant eux avant un événement clé pour les marchés financiers américains cette semaine – l'annonce mercredi par la Réserve fédérale. Le Trésor américain est sur le point d'adjuger pour 193 milliards $US de titres de créances lundi et mardi. Il reviendra donc à Wall Street d'absorber le déluge si les investisseurs rechignent avant la décision de la banque centrale. Les enjeux sont grands cette semaine : en plus d'une hausse des coûts d'emprunt généralement attendue, les grands argentiers mettront aussi à jour leurs projections de trajectoire des taux pour 2018 et au-delà.

Europe

Les obligations et actions italiennes ont bondi après que le ministre des Finances, Giovanni Tria, a donné des assurances sur le maintien du pays ans l'Union monétaire. Les actions ont enregistré leurs plus fortes hausses depuis février après un entretien de M. Tria au Corriere della Sera au cours du week-end selon lequel il n'y a aucune discussion d'aucune proposition d'abandonner l'euro et le gouvernement bloquerait aussi toutes conditions du marché qui pousseraient vers une sortie de l'Union monétaire.

Paris dépasse Londres comme ville européenne la plus attrayante pour les investisseurs pour la première fois en plus d'une décennie, alors que les craintes du Brexit commencent à laisser des traces dans l'affectation des capitaux au Royaume-Uni, selon un rapport.

Asie

Xiaomi Corp. envisage de mobiliser environ la moitié de son premier appel public à l'épargne de 10 milliards $ auprès d'investisseurs de la Chine continentale, selon des personnes bien informées du dossier. La société pourrait chercher à tirer environ 5 milliards $ de la vente de certificats de dépôt chinois et un montant semblable de la vente d'actions à Hong Kong, ont dit ces personnes, qui ont revendiqué l'anonymat parce que les informations ne sont pas publiques. La répartition dépendra de la demande sur les deux marchés et pourrait encore changer avant le PAPE, ont-ils indiqué. La société vise une valorisation d'environ 75 milliards $ bien que ce chiffre puisse également changer, ont dit ces personnes.

La liquidation de cryptomonnaies en 2018 s'est accentuée, éliminant pour 42 milliards $ de valeur au marché au cours du week-end et prolongeant l'effondrement du bitcoin cette année de plus de 50 pour cent.

Tous les articles

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille

Michel Doucet

Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.

Ces articles sont transmis uniquement à titre de renseignement. Les placements doivent être sélectionnés en fonction des objectifs de chaque investisseur. Desjardins Courtage en ligne n'émet aucune recommandation quant à un produit, à la pertinence ou à la valeur potentielle d'un placement donné, ou à une stratégie spécifique. Les opinions émises dans les articles sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de Desjardins Courtage en ligne.