Haut de la page
Tous les articles

Commentaire financier du jour

Canada

Le président Donald Trump se retirera du sommet du G7 de deux jours au Québec demain matin pour se rendre à Singapour afin de préparer sa rencontre avec Kim Jong-un de la Corée du Nord. Avec les tensions entre le président et les alliés des États-Unis et alors que le président français Emmanuel Macron a fait savoir qu'il ne signera pas de communiqué commun à moins de progrès réels, les attentes d'une percée importante à la réunion qui commence aujourd'hui sont très faibles.

États-Unis

L'indice Stoxx Europe 600 a dérapé alors que les actions chinoises et Hong Kong ont dégringolé un peu plus tôt. Les Bunds allemands étaient en tête de la progression des obligations européennes et l'euro a fléchi après quatre jours d'appréciation de suite. Les rendements des obligations du Trésor américain de 10 ans ont baissé et l'USD a monté. On attend maintenant un sommet du G7 potentiellement houleux, les différends commerciaux devant y révéler une fracture entre les États-Unis et des alliés de longue date.

L'économie américaine pourrait connaître un ralentissement difficile quand les puissantes incitations budgétaires de l'administration Trump s'atténueront après deux ans, selon l'ancien président de la Réserve fédérale américaine Ben Bernanke. Les 1 500 milliards $US de réductions d'impôts des particuliers et des entreprises et les 300 milliards $US de dépenses supplémentaires signées par le président Donald Trump rendent le travail de la Fed globalement beaucoup plus difficiles parce qu'elles arrivent à un moment où le chômage est très bas aux États-Unis a dit M. Bernanke.

Europe

Les nombreuses tentatives du président du conseil de Deutsche Bank AG, Paul Achleitner, de réformer le prêteur en difficulté ont fait émerger une idée qui, bien qu'elle ne soit pas nouvelle, aurait l'effet d'un séisme pour le secteur bancaire de la plus grande économie d'Europe. Selon des personnes bien informées du dossier, M. Achleitner aurait parlé avec de grands actionnaires et des représentants clés du gouvernement d'une éventuelle fusion avec Commerzbank AG. Aucune discussion officielle n'a lieu, cependant certains analystes pensent qu'une fusion aurait des avantages, mais que le moment n'est pas propice puisque les deux prêteurs doivent assainir leur bilan. Les actions de la Deutsche Bank et de la Commerzbank étaient en baisse à Francfort ce matin.

Asie

Les mauvais jours continuent pour les monnaies des marchés émergents, le plus grand perdant étant aujourd'hui le rand sud-africain qui a cédé 2,4 pour cent, franchissant pour la première fois depuis décembre le niveau de 13 pour un dollar US alors que les investisseurs parient que la faible croissance ne permettra pas à la banque centrale de suivre les autres marchés émergents et de hausser les taux d'intérêt. Au Brésil, le réal a de nouveau baissé hier et la chute accroît la pression sur les grands argentiers pour qu'ils interviennent davantage pour soutenir la monnaie. Il y a quelques bonnes nouvelles pour l'Argentine, qui a obtenu un prêt de 50 milliards $US du Fonds monétaire international pour aider à restaurer la confiance des investisseurs.

Tous les articles

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille

Michel Doucet

Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.

Ces articles sont transmis uniquement à titre de renseignement. Les placements doivent être sélectionnés en fonction des objectifs de chaque investisseur. Desjardins Courtage en ligne n'émet aucune recommandation quant à un produit, à la pertinence ou à la valeur potentielle d'un placement donné, ou à une stratégie spécifique. Les opinions émises dans les articles sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de Desjardins Courtage en ligne.