Haut de la page
Tous les articles

Commentaire financier du jour

Canada

Le gouvernement canadien a bloqué un projet d'OPA sur l'entreprise de construction Aecon Group Inc. par une division de China Communications Construction Co., ce qui représente le cas le plus récent d'un pays occidental invoquant le souci de la sécurité nationale contre des investissements chinois. Le gouvernement Trudeau a annoncé sa décision mercredi après avoir soumis la transaction de 1,2 milliard $ à un examen de sécurité, selon une déclaration du ministre de l'Innovation, Navdeep Bains, obtenue par Bloomberg News. Aecon a par la suite confirmé que l'offre de rachat par CCCC International Holding Ltd. avait été rejetée. Le Canada est « ouvert aux investissements internationaux qui créent des emplois et augmentent la prospérité, mais pas au détriment de la sécurité nationale », a ajouté M. Bains.

La Banque Royale du Canada (RY.TO), le plus grand prêteur du pays par sa capitalisation boursière, a déclaré jeudi une augmentation de 11 pour cent des résultats du deuxième trimestre, grâce à la forte croissance de ses secteurs de gestion de patrimoine et de banque de détail. La banque a dit que le bénéfice par action s'est élevé à 2,06 $ au cours du trimestre terminé le 31 mars. Sans les éléments extraordinaires, le bénéfice par action ressort à 2,10 $. Les analystes prévoyaient en moyenne un bénéfice de 2,05 $, selon les données de Thomson Reuters I/B/E/S.

États-Unis

L'administration Trump a lancé une enquête concernant la sécurité nationale sur les importations de voitures et de camions qui pourrait déboucher sur l'application de nouveaux droits de douane américains semblables à ceux imposés sur l'acier et l'aluminium en mars. L'enquête en vertu de l'article 232 de la loi intitulée Trade Expansion Act of 1962 doit déterminer si les véhicules et pièces automobiles importés menacent la santé du secteur et la capacité de recherche et de développement de nouvelles technologies avancées, a dit le département du Commerce mercredi. « Certains éléments donnent à penser que, depuis des décennies, les importations de l'étranger ont érodé notre secteur automobile national », a dit le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, dans un communiqué dans lequel il a promis une enquête « approfondie, juste et transparente ». L'augmentation des droits de douane pourrait être particulièrement pénible pour les constructeurs automobiles asiatiques dont Toyota Motor Corp (7203.T), Nissan Motor Co (7201.T), Honda Motor Co (7267.T) et Hyundai Motor Co (005380.KS), qui voient dans les États-Unis un marché clé, et l'annonce a provoqué une liquidation généralisée des actions des constructeurs de la région.

Europe

Deutsche Bank AG supprimera un quart des emplois dans le secteur des actions et réduira l'effectif d'au moins 7 000 postes. Le chef de la direction, Christian Sewing, cherche à comprimer les coûts et accroître la rentabilité. Les réductions diminueront l'effectif du prêteur de Francfort bien en dessous de 90 000 et entraîneront des frais de restructuration de 800 millions € (935 millions $US) cette année, a-t-il dit dans un communiqué jeudi avant l'assemblée annuelle des actionnaires. La banque prévoit aussi de réduire les fonds à risque et cherche à faire baisser encore ses coûts. M. Sewing accélère l'effort de recentrage du prêteur sur son marché européen naturel et d'inversion de deux décennies d'efforts pour concurrencer directement les grandes sociétés de Wall Street qui dominent le secteur volatil des valeurs mobilières. L'avenir de la banque d'investissement et l'échec de son prédécesseur John Cryan dans la compression des coûts et l'exécution d'une restructuration assez rapide ont été des facteurs déterminants dans le changement de direction du mois dernier. Les actions mondiales font partie des premières cibles du nouveau patron.

Un rebond des actions des secteurs minier et pétrolier a aidé les valeurs européennes à monter un peu en début de séance jeudi, bien que les titres des constructeurs automobiles aient subi des pressions après le lancement de l'enquête américaine sur les importations automobiles. L'indice paneuropéen STOXX 600 avait gagné 0,1 pour cent à 7 h 19 GMT, après avoir chuté de plus de 1 pour cent sous le sommet inégalé depuis trois mois et demi de la séance précédente, car les craintes entourant les projets de dépense de la nouvelle coalition de gouvernement italienne et le commerce mondial ont plombé les actifs à risque. Les constructeurs automobiles allemands, BMW, Daimler et Volkswagen, ont baissé de 1,7 à 2,3 pour cent après l'annonce de l'enquête américaine concernant la sécurité nationale sur les importations de voitures et de camions, qui pourrait donner lieu à l'imposition de nouveaux droits de douane par les États-Unis. L'indice allemand DAX de référence a baissé de 0,1 pour cent et le secteur automobile européen était le moins performant, ayant perdu 1,1 pour cent.

Asie

La moyenne Nikkei des actions japonaises a chuté à un creux inégalé depuis de plus de deux semaines jeudi où les constructeurs automobiles ont plongé après le lancement par l'administration Trump d'une enquête concernant la sécurité nationale sur les importations de voitures et de camions qui pourrait déboucher sur de nouveaux droits de douane américains. L'indice Nikkei a clôturé à la baisse de 1,1 pour cent à 22 437,01, soit le niveau le plus bas depuis le 9 mai. L'indice de volatilité Nikkei a bondi à 18,29, le niveau le plus élevé depuis la mi-avril. Le secteur du matériel de transport a chuté de 3,0 pour cent et était le moins performant après l'annonce américaine. Toyota Motor Corp a baissé de 3,1 pour cent, Subaru Corp, de 2,5 pour cent et Mazda Motor Corp a plongé de 5,2 pour cent. Nissan Motor Co et Honda Motor Co ont respectivement cédé 1,8 pour cent et 3,4 pour cent.

Tous les articles

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille

Michel Doucet

Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.

Ces articles sont transmis uniquement à titre de renseignement. Les placements doivent être sélectionnés en fonction des objectifs de chaque investisseur. Desjardins Courtage en ligne n'émet aucune recommandation quant à un produit, à la pertinence ou à la valeur potentielle d'un placement donné, ou à une stratégie spécifique. Les opinions émises dans les articles sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de Desjardins Courtage en ligne.