Haut de la page
Tous les articles

Commentaire financier du jour

Canada

La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, ne se rendra pas à la réunion annuelle des premiers ministres de l'Ouest; elle refuse d'aborder toute autre question tant que la Colombie-Britannique s'opposera au projet d'oléoduc Trans Mountain. Cette rebuffade est le plus récent chapitre de l'opposition publique entre Mme Notley et le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, dont le gouvernement conteste le projet Trans Mountain devant les tribunaux. En réaction, l'Alberta a menacé de restreindre les livraisons d'énergie à sa voisine de l'ouest.

La Caisse de dépôt et placement devrait vendre sa participation dans Bombardier, encaissant les profits réalisés sur son pari sur le Québec.

États-Unis

Le président Donald Trump n'imposera pas de droits de douane supplémentaires sur des milliards de dollars de marchandises chinoises à cause d'une discorde à la Maison-Blanche sur la stratégie commerciale et de la crainte de nuire aux négociations avec la Corée du Nord, selon des personnes informées des délibérations de l'administration. M. Trump a aussi cédé aux pressions des républicains des États agricoles qui ont plaidé pour une résolution des différends commerciaux avec la Chine, laquelle avait spécifiquement ciblé des denrées agricoles américaines dans sa riposte avec ses propres droits de douane.

Les perspectives budgétaires des États-Unis ne sont « pas bonnes », selon Goldman Sachs, et pourraient représenter une menace pour la sécurité économique du pays pendant la prochaine récession. Selon les prévisions de l'économiste en chef de la banque, le déficit fédéral augmentera de 825 milliards $US (ou 4,1 pour cent du produit intérieur brut) à 1 250 milliards $US (5,5 pour cent du PIB) d'ici 2021. Et d'ici 2028, la banque s'attend à ce que ce chiffre grimpe à 2 050 milliards $US (7 pour cent du PIB). « Une expansion du déficit et du niveau de la dette exercera probablement une pression à la hausse sur les taux d'intérêt, accroissant le déficit d'autant, a écrit Jan Hatzius, l'économiste en chef de Goldman, dimanche. Nous ne pensons pas qu'il y ait des risques pour la capacité des États-Unis d'emprunter ou de rembourser ses dettes, mais l'augmentation du niveau de la dette pourrait néanmoins avoir des conséquences fâcheuses bien avant que la capacité d'honorer la dette devienne un obstacle majeur. »

Europe

Les marchés ont retrouvé un certain intérêt pour les produits à risque mardi, où les actions et monnaies des pays en développement ont rebondi et où l'euro a augmenté avec les obligations italiennes. Le dollar américain a baissé alors que les rendements des obligations du Trésor ont continué de monter et la livre sterling a progressé avec les spéculations sur la possibilité de nouvelles élections au Royaume-Uni.

Asie

La Chine réduira de 15 pour cent les droits sur les voitures importées, ouvrant un peu plus un marché qui a été la principale cible des États-Unis dans leur confrontation avec la deuxième économie du monde. Le ministre des Finances a dit mardi que les droits de 25 pour cent, en place depuis plus d'une décennie, seront réduits à partir du 1er juillet, ce qui a fait monter les actions des constructeurs automobiles, de l'Inde à l'Europe.

La Chine prévoit d'éliminer toutes les limites concernant le nombre d'enfants par famille, selon des personnes bien informées de la question, ce qui représenterait la fin historique d'une politique qui a engendré d'innombrables atteintes aux droits de la personne et privé la deuxième économie du monde de main-d'œuvre. Le Conseil d'État, le gouvernement de l'Empire du Milieu, a lancé des études sur les répercussions de l'abrogation d'une politique vieille d'environ quatre décennies et compte appliquer le changement à l'échelle de tout le pays, ont dit ces informateurs qui ont revendiqué l'anonymat. Les autorités veulent ralentir le rythme du vieillissement de la population chinoise et éliminer un motif de critiques internationales, a dit une de ces personnes.

Tous les articles

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille

Michel Doucet

Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.

Ces articles sont transmis uniquement à titre de renseignement. Les placements doivent être sélectionnés en fonction des objectifs de chaque investisseur. Desjardins Courtage en ligne n'émet aucune recommandation quant à un produit, à la pertinence ou à la valeur potentielle d'un placement donné, ou à une stratégie spécifique. Les opinions émises dans les articles sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de Desjardins Courtage en ligne.