Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Canadian Tire conclut une entente en vue d'acheter la société qui est propriétaire des marques Helly Hansen et activités connexes et les exploite, contrôlée par le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario. La transaction est chiffrée à 985 millions $ et comprend la reprise d'environ 50 millions $ de dettes d'exploitation, déduction faite de la trésorerie.

La branche d'investissement du Régime de retraite des employés municipaux de l'Ontario, Omers Private Equity, s'est engagée à acheter la société britannique Alexander Mann Solutions Ltd. au prix de 820 millions £ (1,1 milliard $US). Elle rachètera l'entreprise d'impartition de Londres à New Mountain Capital LLC, de New York, selon un communiqué paru aujourd'hui. Alexander Mann offre des services d'impartition du processus de recrutement et des conseils dans les secteurs de la santé, des services publics, des services financiers, du commerce de détail, de l'ingénierie et de la défense. La société a plus de 100 clients dans au-delà de 85 pays, selon le communiqué. Omers gère au-delà de 95 milliards $US d'actifs et a investi 10,8 millions $US dans des placements privés. La transaction devrait être menée à terme au deuxième trimestre.

Le dollar canadien est passé de la queue à la tête du peloton du Groupe des 10 sur les marchés de change au cours des trois premiers mois de 2018, étant la seule grande monnaie à enregistrer un gain par rapport au billet vert au cours du présent trimestre. La hausse des prix du pétrole a aidé à soutenir le huard et le bond du brut après la décision du président Donald Trump de retirer les États-Unis de l'accord nucléaire avec l'Iran a donné un coup de pouce supplémentaire. Le CAD est en hausse d'environ 0,4 pour cent depuis le 31 mars, après avoir chuté d'environ 2,6 pour cent au cours des trois mois précédents.

États-Unis

L'USD a perdu un peu de ses récents gains jeudi alors que les opérateurs devaient composer avec différents catalyseurs, allant des risques politiques au lancement de missiles au Moyen-Orient. Les marchés boursiers ont réagi de manière contrastée, les actions européennes partant vers le bas alors que les contrats à terme américains montaient un peu. Les rendements des obligations du Trésor de dix ans, qui ont fait monter le billet vert et fait souffrir les marchés émergents, ont replongé sous les 3 pour cent pour pousser l'USD vers sa première baisse en cinq jours.

Une valorisation record et des prédictions de plus en plus haussières de Wall Street ont fait du rapport de Nvidia Corp. sur les résultats, jeudi, un des plus attendus de la saison. Nvidia a vu sa capitalisation boursière augmenter de près de 18 milliards $US au cours des cinq dernières séances, en une ascension régulière qui a poussé la valorisation des actions de la société au plus haut de ses 19 années d'histoire. La capacité de l'action de prolonger cette séquence dépendra de la performance des activités de jeu électronique et de centres de données qui représentent près de 80 pour cent du chiffre d'affaires de Nvidia. Le fabricant de microplaquettes devrait annoncer une prévision de chiffre d'affaires au deuxième trimestre de 2,95 milliards $US, en hausse de 32 pour cent par rapport à l'année précédente, selon la moyenne des estimations des analystes compilées par Bloomberg.

Europe

BT Group Plc s'est engagée à supprimer 13 000 emplois dans le cadre d'une compression des coûts ce qui n'a pas impressionné les investisseurs. Ces derniers sont préoccupés par la faiblesse des perspectives de ventes et l'absence de croissance des flux de trésorerie et ont fait baisser le titre plus que jamais en 15 mois. L'ancien monopole téléphonique, qui doit réduire ses coûts à la demande des autorités de réglementation, subit des pressions politiques pour investir dans des services large bande plus rapides et voit l'inflation monter, prévoit un dividende inchangé et une baisse des revenus de 2 pour cent au cours du prochain exercice, avec une chute des bénéfices et des flux de trésorerie alors qu'il augmente les investissements dans la fibre optique.

Royal Bank of Scotland Group Plc a levé un des derniers obstacles qui empêchait le Royaume-Uni de réduire sa participation dans le prêteur et la société de reprendre le versement de dividendes après la conclusion d'un accord provisoire visant le remboursement de 4,9 milliards $US pour résoudre une enquête sur ses prêts hypothécaires américains. Les cadres supérieurs ont annoncé que la plus grande banque britannique détenue par l'État amorcera des discussions avec les autorités de réglementation pour reprendre le versement de dividendes après une décennie sans.

Asie

ZTE Corp. considère que les deux prochaines semaines seront déterminantes pour la levée d'un embargo américain qui a eu pour effet de paralyser l'essentiel de son activité et d'assécher ses revenus, ce qui risque de provoquer l'effondrement d'un des principaux fabricants mondiaux de téléphones et de périphériques réseau. Le numéro deux des fabricants chinois de matériel de télécommunication a annoncé jeudi qu'il suspendait toutes ses principales activités. Cela veut dire que ses trois grandes divisions – périphériques réseau, appareils et solutions d'entreprise – ont interrompu leurs ventes et qu'elles ne dégagent plus de bénéfices tangibles, a déclaré une personne au courant du dossier. ZTE a précisé que la prochaine quinzaine constitue une « fenêtre cruciale » et a demandé à ses cadres de rassurer les salariés, lit-on dans un courriel envoyé à un membre de la haute direction dont Bloomberg News a pris connaissance.

Les actions japonaises se sont appréciées avec le repli du yen après que la Corée du Nord a libéré trois détenus américains dans une geste de bonne foi avant la tenue d'un sommet. Ce sont les titres des constructeurs automobiles et des sociétés de produits chimiques qui ont le plus contribué à la montée de l'indice de référence Topix. La monnaie japonaise a reculé pour une troisième journée par rapport au dollar américain, la tension géopolitique continuant de baisser en Asie de l'Est, tandis que le taux des obligations à 10 ans du Trésor américain avoisine le seuil clé des trois pour cent. La Corée du Nord a libéré trois citoyens des États-Unis qui étaient détenus depuis deux ans dans certains cas. Trump a fait savoir que la date et le lieu d'une réunion avec Kim Jong Un avaient été décidés.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.