Haut de la page
Tous les articles

Commentaire financier du jour

Canada

Le prix du pétrole américain a dépassé les 70 $ le baril pour la première fois depuis novembre 2014 alors que les opérateurs se préparaient à une réimposition des sanctions américaines à l'Iran, un des producteurs de brut du Moyen-Orient.

Le rachat de WGL Holdings Inc. par AltaGas Ltd. au prix de 4,6 milliards $ s'est approché un peu plus de l'approbation vendredi où les deux sociétés ont annoncé un règlement potentiel avec plusieurs groupes dans le District of Columbia.

Les actions canadiennes ont augmenté une quatrième semaine de suite, ce qui représente la plus longue série de gains depuis novembre, atteignant leur cours de clôture le plus élevé depuis le 1er février. L'indice composé S&P/TSX a gagné 108 points ou 0,7 pour cent pour s'établir à 15 729,40 vendredi, portant sa hausse sur la semaine à 0,4 pour cent. Tous les secteurs étaient en hausse, entraînés par un gain de 1,5 pour cent des valeurs industrielles. Bombardier Inc. a augmenté de 3,3 pour cent, atteignant le niveau le plus élevé depuis 2015, après la vente d'un terrain jeudi et l'annonce de résultats solides. Le secteur de l'énergie a progressé de 1,1 pour cent, alors que les contrats à terme sur le baril de West Texas Intermediate frisaient les 70 $. Pembina Pipeline Corp. a bondi de 6,2 pour cent, plus que jamais depuis 2016, après la publication de résultats qui dépassaient les estimations.

États-Unis

Dans ce qui représente la troisième transaction la plus importante de ses 152 ans d'histoire, Nestlé SA, le géant de l'alimentation suisse, dépensera 7,15 milliards $ pour obtenir le droit de commercialiser des produits de Starbucks Corp., allant du café en grain aux capsules, mariant sont réseau de distribution international avec le renom de la plus grande marque de café java.

Europe

Le titre du groupe Air France-KLM a dégringolé à Paris alors que la plus grande compagnie aérienne d'Europe affronte les turbulences déclenchées par la démission de son PDG Jean-Marc Janaillac et une aggravation du conflit salarial. L'action a chuté de 14 pour cent, plus que jamais depuis 2002. Même avant aujourd'hui, elle avait perdu 40 pour cent de valeur cette année, ce qui en fait la moins performante de l'indice Bloomberg de 26 compagnies aériennes.

La Banque centrale européenne a averti qu'une montée du protectionnisme commercial minerait l'économie mondiale et a dit que les États-Unis seraient un des pays le plus affectés.

Asie

La Chine a cherché à conclure sur une note positive après que les négociateurs commerciaux de Donald Trump eurent quitté Pékin vendredi sans avoir signé d'accord publiquement, en réitérant que les États-Unis de devaient pas faire de demandes déraisonnables.

Tous les articles

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille

Michel Doucet

Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.

Ces articles sont transmis uniquement à titre de renseignement. Les placements doivent être sélectionnés en fonction des objectifs de chaque investisseur. Desjardins Courtage en ligne n'émet aucune recommandation quant à un produit, à la pertinence ou à la valeur potentielle d'un placement donné, ou à une stratégie spécifique. Les opinions émises dans les articles sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de Desjardins Courtage en ligne.