Haut de la page
Tous les articles

Commentaire financier du jour

Canada

La Banque Toronto-Dominion a augmenté de 45 points de base son taux affiché pour les prêts hypothécaires de cinq ans à 5,59 pour cent alors que les obligations d'État ont atteint leurs niveaux les plus élevés depuis 2011 cette semaine. « C'est une hausse importante, la plus forte de l'année, écrit Rob McLister, fondateur de RateSpy.com, un site Web de comparaison des taux hypothécaires. Il y a plusieurs raisons possibles à cela – ils prennent peut-être une position sur les taux d'intérêt futurs, ce qui n'est pas typique; ils essaient peut-être d'amener les gens à prendre des contrats bloqués et à dégager de meilleures marges. » La Banque T-D, deuxième prêteur du Canada, a augmenté le taux à cinq ans fermé mercredi, et haussé ceux à deux ans, trois ans, six ans et sept ans, d'après la porte-parole de la banque, Julie Bellissimo, dans un courriel envoyé jeudi.

États-Unis

De grands prêteurs américains, dont Ally Financial Inc. et JPMorgan Chase & Co., ont augmenté les prêts-autos au premier trimestre où le rythme de vente d'automobiles a repris et où l'économie a continué de créer des emplois. L'ouverture de crédits a augmenté de 1,4 pour cent à 35,3 milliards $US, le plus haut niveau depuis le troisième trimestre de 2016, d'après les résultats combinés des plus grands prêteurs, qui comprenaient également Capital One Financial Corp., la branche américaine de Banco Santander SA et Wells Fargo & Co. Les prêts de Santander, qui était en tête du groupe, ont bondi de 17 pour cent à 6,3 milliards $US, alors que Wells Fargo tirait de l'arrière avec une baisse de 20 pour cent à 4,4 milliards $US. Environ 85 pour cent des Américains qui ont un emploi utilisent une voiture pour se rendre au travail, selon les constatations du U.S. Census Bureau en 2016, l'année la plus récente pour laquelle des données sont disponibles. Les États-Unis ont créé plus de 400 000 emplois nets au cours des deux premiers mois du trimestre et le taux de chômage est resté stable à 4,1 pour cent pendant six mois d'affilée.

Les actions d'Amazon.com Inc., le détaillant en ligne géant, ont grimpé en flèche à un niveau record ce matin avant l'ouverture des marchés grâce à la performance de la société au premier trimestre. Le cours a atteint 1 628,50 $ par action, soit un gain de 7,28 %. Son cours de clôture record est de 1 598,39 $US le 12 mars. Au cours des trois premiers mois de cette année, le chiffre d'affaires de la société a explosé de 43 %, ce qui représente le taux de croissance le plus rapide depuis le troisième trimestre de 2011 et dépasse les attentes. Le chiffre d'affaires devrait encore augmenter : Amazon hausse aussi le prix de son service Prime populaire de service 20 %, ce qui représente la deuxième hausse de prix en plus de 10 ans.

Europe

L'économie du Royaume-Uni a enregistré sa plus mauvaise performance depuis la fin de 2012 au premier trimestre, ce qui alimente les spéculations selon lesquelles la Banque d'Angleterre se gardera de hausser les taux d'intérêt le mois prochain. La livre sterling a chuté, car les investisseurs ont réduit leurs paris sur une hausse du loyer de l'argent qui avait été considérée comme quasi certaine la semaine dernière, quand le gouverneur Mark Carney a commencé à semer le doute sur ce que fera son institution. L'Office for National Statistics a dit que le produit national brut n'a pratiquement pas augmenté au cours des trois premiers mois de 2018, où la croissance n'a atteint que 0,1 pour cent.

Mis à mal par une liquidation mondiale d'actions, le fonds de placement de la Norvège de 1 milliard $US affiche sa première perte en deux ans au premier trimestre. Le plus grand fonds souverain au monde a perdu 1,5 pour cent, soit 171 milliards de couronnes (21 milliards $US), selon une information publiée vendredi. Il a cédé 2,2 pour cent sur des actions et 0,4 pour cent sur des obligations alors que l'immobilier lui a fait gagner 2,5 pour cent. Le fonds, qui détient en moyenne 1,4 pour cent des actions cotées en bourse du monde, suit de près les indices et a peu de marge de protection pendant une correction mondiale. Les marchés boursiers ont fortement chuté au début de l'année devant une pointe de volatilité. À la fin du trimestre, le fonds détenait 66,2 pour cent en actions, 31,2 pour cent en obligations et 2,7 pour cent en biens immobiliers. Le rendement dépasse l'indice de référence de 0,1 point de pourcentage, grâce à la surpondération des actions européennes. Amazon.com Inc. a contribué le plus aux rendements, suivie de Microsoft Corp. et de Netflix Inc.

Asie

Le gouverneur Haruhiko Kuroda a entamé son nouveau mandat à la Banque du Japon comme le premier, en insistant sur l'objectif des deux pour cent d'inflation. La BdJ a laissé tels quels les paramètres de sa politique, en promettant d'aller de l'avant avec ses mesures de relance, même si d'autres banques centrales s'apprêtent à normaliser leur politique, bien qu'à un rythme mesuré vu les signes de ralentissement de l'économie. Il y a toutefois une petite variante, ce qui n'est pas rare sous le mandat de M. Kuroda : la BdJ n'a pas précisé dans l'énoncé de sa politique le délai prévu pour atteindre la cible de longue date des deux pour cent.

Tous les articles

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille

Michel Doucet

Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.

Ces articles sont transmis uniquement à titre de renseignement. Les placements doivent être sélectionnés en fonction des objectifs de chaque investisseur. Desjardins Courtage en ligne n'émet aucune recommandation quant à un produit, à la pertinence ou à la valeur potentielle d'un placement donné, ou à une stratégie spécifique. Les opinions émises dans les articles sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de Desjardins Courtage en ligne.