Commentaire financier du jour

Par Michel Doucet 13 février 2018

Canada

La proposition de vente de Jarislowsky Fraser Ltée à la Banque de Nouvelle-Écosse marque la fin d'une époque pour son fondateur milliardaire Stephen Jarislowsky, qui a bâti l'entreprise en partant de rien il y a six décennies et détient maintenant de fortes participations dans certaines des plus grandes sociétés du Canada. La Banque Scotia s'est engagée lundi à payer 950 millions $ pour Jarislowsky Fraser, faisant l'acquisition de plus de 40 milliards $ d'actifs sous gestion au nom d'investisseurs institutionnels et de clients fortunés.

Les actions canadiennes ont rebondi après deux semaines de fortes baisses, augmentant plus que jamais depuis juillet 2016, mais elles accusaient encore un retard sur les américaines. L'indice composé S&P/TSX a gagné 207 points soit 1,4 pour cent pour s'établir à 15 241,88. Le gain était le plus important en 19 mois, mais n'a pas égalé celui de 1,7 pour cent de la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles. Les actions du secteur des matériaux ont monté le plus, gagnant 3 pour cent à la faveur de la hausse des métaux précieux et communs. Ivanhoe Mines Ltd. a bondi de 11 pour cent, sa plus forte hausse depuis octobre. Les valeurs industrielles ont progressé de 2,2 pour cent avec la hausse de CAE Inc. de 5,7 pour cent. RBC Marchés des Capitaux a revu sa recommandation du titre à la hausse, à rendement supérieur, disant qu'il pourrait monter jusqu'à 30 $CAN ou plus à long terme.

États-Unis

Le rapport de mercredi sur l'indice des prix à la consommation des États-Unis sera plus suivi que jamais de mémoire récente, alors que les investisseurs cherchent à comprendre la récente chute des marchés boursiers et obligataires. Ils devront probablement scruter plus loin que les chiffres d'ensemble pour bien comprendre la situation. L'IPC de base, qui exclut les aliments et l'énergie, a augmenté de 1,7 pour cent en janvier par rapport à une année plus tôt, comparativement à 1,8 pour cent en décembre, selon la projection médiane des économistes en prévision de publication des données du département du Travail. Mais considérée autrement, l'inflation pourrait être à la hausse : une augmentation mensuelle de 0,2 pour cent du même indice, comme le prévoient des économistes, se traduirait par un taux sur trois mois annualisé de 2,3 pour cent, selon les analystes de Wells Fargo Securities. Cela représenterait le rythme le plus rapide depuis février 2017.

L'optimisme des petites entreprises aux États-Unis a augmenté plus que prévu en janvier, alimenté par un nombre record de propriétaires qui ont dit que le moment était propice pour prendre de l'expansion, selon une enquête de la National Federation of Independent Business publiée mardi. L'indice d'ensemble a grimpé de 2 points à 106,9 (est. 105,3), près du chiffre de novembre de 107,5 qui était la donnée mensuelle la plus élevée depuis 1986. Au total 32 % ont dit que le moment était propice pour faire prendre de l'expansion à leurs entreprises, dépassant tous les chiffres mensuels jusqu'en 1986 et les données trimestrielles depuis 1973.

Europe

L'inflation britannique s'est maintenue à 3 pour cent en janvier où la pression à la baisse des carburants automobiles et des prix des aliments a été compensée par le coût des attractions telles que les zoos et les jardins. Les prix à la consommation ont chuté de 0,5 pour cent depuis décembre, comme en janvier 2017, selon un communiqué de l'Office for National Statistics mardi. L'inflation de base annuelle a accéléré de 2,5 à 2,7 pour cent. La Banque d'Angleterre s'attend à ce que l'inflation régresse cette année à mesure que l'effet de la dépréciation de la livre sterling de 2016 se dissipera. C'est une bonne nouvelle pour les consommateurs qui ont vu la hausse des prix rogner leur pouvoir d'achat au cours de la dernière année.

Asie

Les actions à Hong Kong ont monté, entraînées par les sociétés technologiques et financières, les investisseurs étant encouragés par le rebond des valeurs mondiales. L'indice Hang Seng a grimpé de 1,3 pour cent, réduisant un gain antérieur de 2,4 pour cent, alors qu'un indicateur des actions chinoises négociées à Hong Kong a monté pour la première fois en sept jours. Les actions de Hong Kong et de la Chine ont le plus souffert de la récente liquidation; les deux indices sont encore en baisse de plus de 9 pour cent ce mois, plus que tous les autres indices mondiaux. L'indice composé de Shanghai a gagné 1 pour cent mardi, atténuant sa perte de 8,5 pour cent de février. « L'attention du marché va se détourner vers les résultats des entreprises après le Nouvel An chinois et cela déterminera la tendance future des actions de Hong Kong », a dit Banny Lam, chef de la recherche chez CEB International Investment Corp.

Alors qu'ailleurs dans le monde les banques centrales reviennent à une politique monétaire normale, la Banque du Japon envisage de maintenir le cap pour le moment, avec Haruhiko Kurodaat à la barre pendant un autre mandat. Les reportages selon lesquelles Masayoshi Amamiya et Etsuro Honda se joindront à M. Kuroda comme gouverneurs adjoints donnent de la crédibilité à cette opinion. Mais alors que les analystes conviennent que la reconduction de M. Kuroda dans ses fonctions signifie probablement que la BdJ maintiendra sa détente radicale à court terme, beaucoup d'analystes attendent encore des ajustements futurs de la banque centrale dans la conduite de sa politique monétaire.

L'auteur

Michel Doucet
Michel Doucet
Vice-président et gestionnaire de portefeuille