Commentaire financier du jour

Par Michel Doucet 12 janvier 2018

Canada

Le pétrole a frisé un sommet inégalé depuis deux ans et demi à 70 $US le baril à Londres, grâce aux réductions de la production, à l'augmentation de la demande et à la diminution des stocks américains. La reprise donne un nouveau souffle aux actions américaines qui avaient fondu et ont atteint un nouveau record hier à la clôture. Le secteur américain de l'énergie devrait afficher une hausse du bénéfice par action au quatrième trimestre de 126 pour cent, selon Bloomberg Intelligence. Soulignant la bonne santé de la demande mondiale à un stade avancé du cycle économique, la Chine continue de dévorer la production de matières premières du monde, du pétrole brut au soja, alors que la croissance de ses exportations explose.

Les amateurs du bitcoin découvrent qu'une forte augmentation des prix s'accompagne d'une grande attention des autorités de réglementation. La plus importante des cryptomonnaies est en baisse d'environ 20 pour cent cette semaine alors que les autorités des quatre coins du monde démontrent qu'elles sont prêtes à intervenir activement en ce qui concerne la manière dont les monnaies numériques sont produites et négociées. Le ministre de la Justice de Corée du Sud a demandé une interdiction des bourses de cryptomonnaies locales, alors que la Chine a ordonné la fermeture de certains établissements de minage. Devant la décision de Pékin, certaines sociétés chinoises cotées en bourse entretenant des liens plus ou moins étroits avec le bitcoin minimisent leur association aux cryptomonnaies et à la technologie des chaînes de blocs de crainte de s'attirer les foudres des pouvoirs publics.

États-Unis

BlackRock Inc. a franchi le cap des 6 000 milliards $US d'actifs et constate déjà les avantages de la nouvelle fiscalité américaine. Le plus grand gestionnaire d'actifs au monde a atteint les 6 300 milliards $US au quatrième trimestre et a dit que le bénéfice net avait augmenté de 1,2 milliard $US grâce à la nouvelle législation fiscale et aux flux de capitaux vers les fonds négociés en bourse l'an dernier. Le chef de la direction, Laurence D. Fink, a dit que BlackRock a enregistré les plus importants flux nets de capitaux de son histoire l'an dernier – 367 milliards $US. L'incitation engendrée par la réforme fiscale attirera probablement encore plus de fonds vers les produits de placement et poussera le cours des actions et des obligations encore plus haut. Le taux d'imposition effectif de BlackRock devrait chuter de 31 pour cent à environ 25 pour cent, selon les analystes. Cela augmentera probablement la rentabilité de la société de 6 à 7 pour cent cette année.

La révision de la fiscalité américaine a coûté à JPMorgan Chase & Co. 2,4 milliards $US l'an dernier. On peut considérer cela comme un investissement dans un avenir plus radieux. La banque a dit qu'elle a comptabilités des charges au quatrième trimestre liées principalement à des prélèvements sur les bénéfices étrangers prévus par la nouvelle loi, mais son taux d'imposition effectif descendra cette année de 32 à 19 pour cent. Cela implique que si JPMorgan réalise le même bénéfice avant impôt cette année qu'en 2017, son bénéfice gonflera de plus de 3,5 milliards $US. Le bénéfice ajusté par action était de 1,76 $US, a dit la société, dépassant l'estimation moyenne de 16 analystes sondés par Bloomberg de 1,69 $. Les provisions pour pertes sur prêts ont augmenté de 51 pour cent par rapport à l'année précédente, s'établissant à 1,31 milliard $US, alors que les analystes tablaient sur 1,48 milliard $US.

Europe

L'euro a bondi à un sommet inégalé depuis trois ans alors que l'Allemagne a fait un pas de plus vers la formation d'un gouvernement, augmentant la pression sur le dollar américain avant la parution des données sur l'inflation. Les actions européennes ont monté au diapason des contrats à terme sur les actions américaines alors que BlackRock Inc. et JP Morgan Chase & Co. ont donné le coup d'envoi de la publication des résultats trimestriels.

La chancelière Angela Merkel est parvenue à un accord préliminaire pour mettre fin à l'impasse politique de l'Allemagne, liant ses efforts pour débloquer un quatrième mandat à un vote des sociaux démocrates, qui rechignent. Après un marathon de négociation de plus de 24 heures, les dirigeants de l'Union chrétienne-démocrate de Mme Merkel, son parti frère bavarois et les sociaux démocrates ont fini par conclure un accord qui pourrait déboucher sur une alliance.

Asie

La Chine bénéficie maintenant d'un peu de soutien de l'économie mondiale qu'elle a aidé à propulser ces dernières années. Deux statistiques majeures provenant de la deuxième économie du monde soulignaient vendredi que l'action de la Chine contre l'endettement et la fragilité financière soulèvent de sérieux défis pour la croissance. Heureusement, la demande d'exportations provenant du reste du monde continue d'aider les usines et les ports chinois à tourner rondement pour le moment alors que les marchés développés deviennent plus optimistes devant l'avenir. Les exportations ont augmenté de 10,9 pour cent en décembre, portant l'expansion des exportations sur toute l'année de 10,8 pour cent. La croissance du crédit a reculé et la masse monétaire globale est descendue à un creux record de 8,2 pour cent, soulignant qu'une réussite de l'atténuation des risques dans le secteur financier pourrait avoir un coût économique.

L'auteur

Michel Doucet
Michel Doucet
Vice-président et gestionnaire de portefeuille