Commentaire financier du jour

Par Michel Doucet 6 décembre 2017

Canada

Les investisseurs porteurs d'actifs canadiens feraient peut-être bien de voir plus loin que les données économiques plus vigoureuses que prévu de la semaine dernière parce que celles-ci ne modifieront sans doute pas l'approche attentiste de la Banque du Canada en matière de politique monétaire. Le huard a enregistré sa plus forte hausse en près de trois mois et les taux à court terme ont grimpé en flèche vendredi après l'annonce de la plus forte augmentation mensuelle de l'emploi au Canada depuis 2012 et l'économie a crû plus vite que prévu au troisième trimestre. Ces rapports ne modifieront sans doute pas l'attitude prudente du gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, alors qu'on prévoit un ralentissement de la croissance en 2018 et que les ménages déjà endettés sont vulnérables à un bond des coûts d'emprunt. Tous les économistes sauf trois sur les 26 sondés par Bloomberg s'attendent à ce que la banque centrale maintienne les taux inchangés à 1 pour cent mercredi, à sa dernière réunion de politique monétaire de l'année. La banque publiera sa décision sur les taux à 10 h à Ottawa.

États-Unis

Le pétrole a glissé vers 57 $ le baril après la publication de données de l'industrie révélant que les stocks d'essence aux États-Unis ont augmenté pour la première fois en quatre semaines. Les contrats à terme ont baissé de 0,6 pour cent à New York après avoir augmenté de 0,3 pour cent mardi. Les stocks de carburant automobile ont grimpé de 9,2 millions de barils la semaine dernière, selon un rapport de l'American Petroleum Institute. Cela constituerait la plus forte augmentation depuis janvier 2016 si elle était répliquée dans les données gouvernementales qui doivent paraître plus tard ce mercredi. Les stocks de brut à l'échelle nationale ont diminué, selon les données de l'API. « Cela porte tous les signes annonciateurs d'un ralentissement des demandes de carburant en fin d'année aux États-Unis, ce qui devrait maintenir les cours dans la fourchette étroite récente », dit Stephen Brennock, analyste de PVM Oil Associates Ltd. à Londres.

Europe

La livre sterling a chuté un deuxième jour de suite par rapport au dollar américain et les obligations britanniques ont augmenté au moment où la première ministre Theresa May affronte une rébellion au sein de son cabinet quelques jours à peine avant la tenue d'une réunion avec l'Union européenne. La livre a dérapé quand les représentants de l'UE ont dit qu'il fallait plus de progrès avant de faire passer les négociations du Brexit au sujet clé du commerce, après une percée de dernière minute dans les discussions lors de la rencontre du 4 décembre. Maintenant, la première ministre britannique se heurte à l'opposition de ses propres ministres sur son plan pour maintenir un alignement de la réglementation britannique sur celle de l'UE après le Brexit, alors qu'il ne reste que quelques jours pour remettre les négociations sur les rails.

Asie

L'indice de référence de Hong Kong a chuté le plus en 13 mois, les pertes s'étant creusées pour certaines de ses actions les plus performantes de l'année, dont Geely Automobile Holdings Ltd. et AAC Technologies Holdings Inc. L'indice Hang Seng a dérapé de 2,1 pour cent, descendant à son plus bas depuis le 26 octobre. Il a chuté au cours de sept des huit séances et il se situe à plus de 5 pour cent sous le sommet de la décennie atteint le 22 novembre. La liquidation s'est produite alors qu'on craint un ralentissement des rentrées de la Chine continentale et que les marchés mondiaux battent en retraite. Geely, AAC et Sunny Optical Technology Group Co., qui étaient en tête des gains de l'indice cette année, ont plongé de plus de 7 pour cent mercredi. Les actions à Hong Kong font partie des moins performantes au monde depuis que l'indice Hang Seng a culminé le mois dernier, car les investisseurs réduisent leurs positions en actions qui ont connu des reprises extrêmes cette année. Tencent Holdings Ltd., qui représente près d'un tiers des gains de l'indice en 2017, a chuté de 17 pour cent par rapport à son record du mois dernier, effaçant 78 milliards $US de sa valeur.

L'auteur

Michel Doucet
Michel Doucet
Vice-président et gestionnaire de portefeuille