Haut de la page
Tous les articles

Les effets de la déflation

Récemment, les médias et les rapports des économistes ont souvent évoqué la possibilité d’une déflation. Pour la plupart d’entre nous, il s’agit d’un concept nouveau ; les périodes de déflation sont rares et peu de gens ont connu un tel phénomène. La première réaction que bon nombre de personnes auront face à une telle perspective sera vraisemblablement enthousiaste. À première vue, l’économie semble alors nous offrir le meilleur des deux mondes : le prix des biens de consommation baisse constamment, ce qui augmente notre pouvoir d’achat. À l’opposé, le consommateur déteste l’inflation, car l’augmentation des prix qu’elle entraîne produit exactement l’effet inverse.

En période d’inflation, le simple fait que le prix des biens durables que nous possédons augmente constamment crée un sentiment de richesse. Les gens sont alors animés d’un sentiment d’urgence à dépenser maintenant, avant que les prix ne repartent à la hausse. Les entreprises sont motivées à investir pour produire, car l’inflation leur garantit que le prix final pour leurs produits justifiera l’investissement.

La déflation provoque exactement l’effet inverse et attaque ce que l’économie a de plus vital : la consommation. Car ce sont les dépenses de consommation qui sont à l’origine de la croissance économique, et lorsqu’elles stagnent, les entreprises font moins de profits et ont plus de mal à payer les salaires de leurs employés. Cette situation crée rapidement un cercle vicieux : en effet, pourquoi devrait-on dépenser moins alors que le pouvoir d’achat augmente ? Les gens constatent que la valeur de leur argent s’accroît avec le temps et ils se disent que s’ils attendent, leurs achats leur coûteront encore moins cher, et qu’il est donc plus avantageux d’épargner. De plus, si un montant de 1 000 dollars, par exemple, leur permet de se procurer de plus en plus de choses, c’est donc que la valeur des biens sur le marché baisse, y compris le prix de leur maison ou de leur voiture et, peut-être le plus important, la valeur de leur portefeuille d’épargne ou de leur fonds de retraite. Ils ont alors l’impression d’être de moins en moins riches et se sentent déprimés. Beaucoup de consommateurs ont pris une hypothèque sur une maison en comptant sur le fait qu’elle ait une certaine valeur. Or, en période de déflation, la valeur des maisons tombe bien souvent en deçà du montant de l’hypothèque, causant de gros maux de tête aux propriétaires. Un grand nombre d’entre eux connaissent présentement des difficultés, ce qui est déjà considéré comme une des causes principales de la crise actuelle ; il est donc facile de comprendre pourquoi il est important que nous évitions de tomber dans une période de déflation prolongée.

Lorsque la déflation s’installe, et contrairement à ce qui se passe en période d’inflation, on hésite à investir dans l’infrastructure des entreprises et dans les stocks pour fabriquer des biens dont le coût de production risque d’être plus élevé que leur valeur à la sortie. Or, quand la production ralentit, on doit réduire les effectifs et faire des mises à pied, car on ne réalise plus de profits. Et lorsque les pertes d’emplois s’accumulent, la demande totale pour les produits de consommation baisse. La production totale doit donc continuer de baisser jusqu’à ce qu’un nouvel équilibre soit atteint. L’économie est en situation d’équilibre lorsque la demande est égale à la production. En période de déflation, ces deux variables suivent une spirale baissière ; voilà pourquoi les banques centrales visent à maintenir un niveau d’inflation positif sans qu’il soit cependant trop élevé, de manière à ce que la demande et la production augmentent lentement, mais régulièrement. En général, on vise un taux qui se situe entre 2 et 3 %.

Tous les articles

L'auteur

Marc Desnoyers

Marc Desnoyers

B.Sc., M.B.A., C.F.A.

Marc Desnoyers

Ces articles sont transmis uniquement à titre de renseignement. Les placements doivent être sélectionnés en fonction des objectifs de chaque investisseur. Desjardins Courtage en ligne n'émet aucune recommandation quant à un produit, à la pertinence ou à la valeur potentielle d'un placement donné, ou à une stratégie spécifique. Les opinions émises dans les articles sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de Desjardins Courtage en ligne.