Haut de la page

La Banque Scotia

Doug Young, CFA, analyste

  • De tous les titres du secteur bancaire canadien que nous suivons, c'est la Banque Scotia qui figure en tête de liste de nos préférences
  • Au cours de l'exercice financier 2017, environ 44 % du bénéfice net de la Banque provenait des activités situées à l'extérieur du Canada – ses activités internationales continuent d'être une source de croissance
  • Son titre procure un attrayant rendement en dividendes d'environ 4,3 %, soit le deuxième rendement le plus élevé parmi les six grandes banques canadiennes

Comptant parmi les six grandes banques du Canada, la Banque Scotia mène des activités sur plusieurs continents. Implantée dans les Caraïbes, en Amérique latine et en Amérique du Sud, elle s'emploie à étendre sa présence dans les pays membres de l'Alliance du Pacifique (le Chili, la Colombie, le Mexique et le Pérou). Elle maintient de solides niveaux de capital et a récemment fait l'annonce de deux acquisitions, notamment la firme canadienne de gestion de patrimoine Jarislowsky Fraser et la banque BBVA Chile qui fera en sorte d'accroître la présence de Banque Scotia dans le marché bancaire de détail au Chili.

Les activités internationales de la société ne cessent de marquer de solides résultats, et ce secteur a enregistré une hausse du bénéfice de 15 % pour l'exercice 2017. L'acquisition de BBVA Chile – qui devrait être finalisée au cours de l'exercice 2018 – augmentera la taille de ses activités dans cette région. Autre volet clé pour la société, notons une gestion prudente des dépenses, comme le laisse entrevoir une des cibles les plus audacieuses au sein des banques canadiennes. À cet égard, la direction de Banque Scotia affirme être en avance sur l'échéancier prévu.

Malgré une baisse de son cours boursier d'environ 5,8 % depuis le début de l'année, la Banque Scotia a tout de même mieux fait que l'ensemble de ses comparables, dont le repli moyen s'établit à quelque 6,5 %. À notre avis, son titre se négocie selon une évaluation attrayante de 10,9 fois le ratio anticipé Cours/bénéfices (par opposition à un multiple moyen historique de 11,4 fois le BPA prévu). Nous estimons que l'action pourrait profiter d'un accroissement du multiple d'évaluation si les services bancaires internationaux de la société poursuivent sur leur bonne lancée.

Cela dit, nous demeurons préoccupés par la présence de certains facteurs macroéconomiques susceptibles d'avoir une incidence sur la Banque Scotia, notamment l'exposition de la société au Mexique au moment où les marchés réagissent face à la menace du protectionnisme américain et aux négociations en cours portant sur l'ALÉNA. Elle est aussi exposée au risque de change, ce qui pourrait représenter un défi au cours de l'exercice financier 2018. Nous pensons cependant que les prévisions de la société tiennent compte de ces facteurs.

Notre recommandation à l'égard de l'action de Banque Scotia en est une d'Achat-Risque moyen avec un cours cible de 92 $ CA.

L'auteur

Doug Young

Doug Young

CFA, analyste