Haut de la page

Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN)

Benoit Poirier, CFA, MBA, analyste

  • Postérieurement aux conditions hivernales rigoureuses, les indicateurs de mesure du CN reprennent du tonus, tandis que son budget des dépenses en immobilisations (3,4 G$ CA) devrait lui permettre d'améliorer encore la fluidité du réseau.
  • En dépit des craintes entourant une guerre commerciale, les données fondamentales de l'industrie demeurent solides.
  • Nous anticipons un élan renouvelé dans le cours de l'action et une expansion du multiple d'évaluation.

À titre de deuxième entreprise de chemins de fer cotée en bourse en Amérique du Nord, la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN) est un véritable pilier de l'économie canadienne. Son réseau de quelque 20 000 milles de parcours couvre le Canada d'un bout à l'autre et le centre des États-Unis, de sorte que celui-ci procure à l'Amérique du Nord un accès aux marchés mondiaux à partir de trois côtes. La société se distingue aussi par la diversité de ses produits, de son empreinte géographique et de sa clientèle. Elle compte à son bord environ 25 000 employés et achemine des marchandises d'une valeur de plus de 250 G$ CA par année.

Les données fondamentales de l'économie dans son ensemble demeurent robustes malgré les craintes entourant une guerre commerciale. De fait, les indicateurs économiques que nous suivons ne cessent de mettre en évidence une conjoncture de marché favorable. Sachant qu'il existe une forte corrélation entre la production industrielle américaine et le nombre de wagons complets transportés, nous attirons votre attention sur le fait que les prévisions ont été revues à la hausse au cours des 12 derniers mois (passant de 2,4 % à 3,6 % en 2018 et de 2,1 % à 2,7 % en 2019, sur la base d'une année par rapport à la précédente). Cela vient en renfort de notre point de vue selon lequel l'économie continuera de bien se porter.

Au niveau de l'entreprise, nous relevons que les indicateurs de mesure de l'exploitation du CN reprennent du tonus dans la foulée d'un hiver rigoureux. Les investissements dans les infrastructures de la société commencent également à porter fruit. Au 2e trimestre de l'exercice financier de 2018 (2T18), le CN a enregistré une progression de 7,6 % de ses volumes, surpassant ainsi notre estimation initiale de +0,9 %, ce qui s'est traduit par de meilleurs indicateurs de mesure de l'exploitation. Par conséquent, nous avons revu à la hausse notre prévision du BPA ajusté dilué pour le 2T18, laquelle passe de 1,31 à 1,41 $ CA. À notre avis, les prévisions de la direction pour 2018 (5,10-5,25 $ CA) sont susceptibles de faire l'objet d'une hausse au cours des prochains mois. En outre, le président et chef de la direction par intérim, JJ Ruest, a accompli un travail remarquable depuis sa nomination en mars dernier et il maintient son engagement de poursuivre les investissements visant à accroître la fluidité du réseau (l'enveloppe des dépenses en immobilisations de 3,4 G$ CA en 2018 comprend quelque 29 projets d'envergure portant sur la capacité de ses infrastructures). Considérant la bonne performance de ce dernier, nous pensons qu'il sera promu de façon permanente à ce poste, nouvelle qui, le cas échéant, sera bien accueillie par le marché.

En examinant de plus près les volumes de marchandises du CN, nous notons qu'ils ont tous progressé sauf pour les véhicules automobiles (qui ne représentent que 6 % des revenus totaux). Nous prévoyons une accélération de la croissance des volumes dans la deuxième moitié de l'année, sachant que la comparaison par rapport à la même période de l'an dernier sera plus favorable étant donné la faiblesse relative des chiffres précédents. Les investissements à venir dans les infrastructures portuaires (Prince Rupert, Vancouver et Montréal) continueront d'alimenter la croissance du transport intermodal (25 % des revenus totaux) sur le long terme, et nous entrevoyons en outre des perspectives positives en ce qui concerne les expéditions de pétrole brut, de produits céréaliers, de métaux et minéraux (y compris le sable de fracturation) et de charbon. À la vue de la robustesse attendue des volumes et de l'insuffisance actuelle de la capacité dans l'industrie du camionnage, nous anticipons que l'augmentation des prix dépassera la fourchette cible de la direction, qui est de 2,5-3,0 % (par rapport à la même période de l'année précédente). Fait à noter, l'augmentation des prix au 1er trimestre de 2018 est passée de 2,4 à 2,7 % d'un trimestre à l'autre, tandis que l'augmentation en lien avec le renouvellement des contrats s'élève pour sa part à environ +5 % en moyenne par rapport au même trimestre de 2017.

Notre cours cible de 118 $ CA pour l'action du CN repose sur la moyenne de trois méthodes d'évaluation. À la lumière des bonnes données fondamentales de l'entreprise, de la solidité de son bilan et des possibilités de croissance intéressantes qui s'offrent à elle, nous nous attendons à ce que le titre du CN s'échange selon des paramètres d'évaluation supérieurs à la moyenne historique dans un avenir rapproché.

L'auteur

Benoit Poirier

Benoit Poirier

CFA, MBA, Analyste